Page en cours de chargement

Navigation
Flash !
Interview du Dr Doublier-Villette

par Frank Abed sur Gloria – TV :

Le rayonnement du sanctuaire pro-vie en France et dans le monde. VOIR :

http://fr.gloria.tv/?media=189731

Rubriques
 +  Bioéthique &téléthon
 +  Docs : Autre
 +  Docs : L'Univers - LISTE
 +  Docs : Mgr Bouchex
 +  Docs : Mgr Fort
 +  Docs : Papes
 +  Documents
 +  Dossiers thématiques
 +  Information
 +  Liens
 +  Medias
 +  Paix liturgique
 +  Persécutions Anti-Chrétiennes
 +  Reportages
 +  Site
Brèves
Information
Recherche




Un don à l'Univers
NewsLetter

Votre courriel :

Votre courriel à nouveau :


Sondage
Allez-vous aux "Rosaires pour la Vie" ?
 
oui
oui, rarement
non
Résultats
Infos depuis le 1/10/05
Ecrire à webmaster  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander

Visites
  visiteurs

  visiteurs en ligne

Mgr Rey désaprouve les dérives éthiques du traité de Lisbonne

Déclaration de Monseigneur Rey
sur les problèmes éthiques soulevés par le traité de Lisbonne:

"Le vote du Parlement français rassemblé solennellement à Versailles le 4 février, puis celui des deux chambres séparément le 7 février, va autoriser la ratification du traité modificatif européen, dit de Lisbonne. Il est destiné à remplacer le projet de Constitution, que Français et Hollandais ont rejeté par voix référendaire en 2005.
L’incorporation dans le nouveau texte soumis aux élus de la nation de la Charte européenne des droits fondamentaux accordera de fait à ce “mini-traité” une valeur juridique contraignante pour les Etats signataires.

Cette Charte représente sur plusieurs points une rupture intellectuelle et morale avec les autres grandes formulations juridiques internationales, en présentant une vision relativiste et évolutive des droits de l’homme qui met en cause les principes du droit naturel.

Tout d’abord, la Charte stipule avec raison que “le droit de se marier et de fonder une famille est garanti”. Mais elle se garde de spécifier le sexe des conjoints. Elle dissocie explicitement la notion de mariage, de celle de famille. Ceci constitue une rupture avec la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée à l’ONU en 1948, laquelle définissait la famille comme l’union d’un homme et d’une femme, et faisait d’elle le socle anthropologique de la société.

De même, le texte proposé, qui consacre le principe de non-discrimination pour orientation sexuelle, ouvre ainsi la porte à la jurisprudence européenne pour reconnaître l’équivalence de tous les types de mariage, tant en ce qui concerne l’adoption d’enfants que la procréation médicalement assistée (cf. la récente condamnation de la France par la Chambre haute européenne des droits de l’homme, parce qu’elle avait refusé l’adoption d’un enfant par une femme célibataire homosexuelle). Progressivement, le droit à l’enfant prévaut sur le droit de l’enfant, en particulier celui de naître ou celui d’avoir un père et une mère.

Par ailleurs, la Charte restreint considérablement le domaine de la protection de la vie humaine. S’il est rappelé que seule la personne humaine a droit à la vie, la protection de l’enfant à naître est mise en cause, puisque, selon l’un des derniers avis rendus par le Tribunal européen, “l’enfant à naître n’est pas considéré comme une personne”. L’embryon humain, notamment in vitro, ne bénéficie plus d’une protection pénale. C’est ainsi que la Charte interdit seulement le clonage à but reproductif sans jamais mentionner le clonage embryonnaire à des fins thérapeutiques. Il s’agit, là encore, d’un net recul par rapport aux précédents instruments juridiques européens, en particulier par rapport à la Convention de biomédecine du Conseil de l’Europe adopté en 1997, qui précisait “qu’est interdite toute intervention ayant pour but de créer un être humain génétiquement identique à un autre être humain, vivant ou mort... ”.
La recherche sur les embryons surnuméraires, le diagnostic préimplantatoire, la fabrication d’embryons hybrides..., risque de ne plus être encadrée sur le plan juridique.

Enfin, la disparition de “l’interdiction d’infliger à quiconque la mort intentionnellement”, comme le reconnaissait la Convention européenne des droits de l’homme de 1950, ouvre-t-elle le champ à une dépénalisation de l’euthanasie et du suicide médicalement assisté ?

Dans sa première encyclique Dieu est amour, Benoît XVI souligne que  “L’Eglise veut servir la formation des consciences dans le domaine politique et contribuer à faire grandir les perceptions des véritables exigences de la justice” [1]. Au moment où nos parlementaires vont se prononcer sur le processus d’unification européenne, puissent-ils ne pas oublier les fondements éthiques qui garantissent le respect de la personne humaine, depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle, et qui sont constitutifs d’une humanité respectueuse du droit des plus faibles".


Date de création : 02/02/2008 12:13
Dernière modification : 02/02/2008 12:14
Catégorie : Information


Prévisualiser la page Prévisualiser la page    Imprimer la page Imprimer la page

Autres articles de la rubrique

Calendrier

Associations amies, merci de ne pas prévoir des événements en même temps que les autres.

Ephéméride
mercredi
04
janvier 2012

Aujourd'hui :
Saint Odilon

Bulletin réinformation
Librairie
Vitraux


Cliquer sur l’image pour l’ouvrir

Albums photos
Orphelinat des Saints Innocents Sanctuaire "provie" Sanctuaire de Tarnoviec
Cartes postales

Envoyez une carte postale

Liens proches
Préférences

 Nombre de membres 39 rédacteurs


Utilisateurs en ligne

( personne )
Affiliés

Ajouter votre pub
affiliez-vous

^ Haut ^


Mentions légales : Détail des mentions
Nous déconseillons fortement l'emploi des logiciels Microsoft en raison du financement des programmes internationaux d'avortement et de contrôle des naissances par Bill Gates. L'utilisation de Firefox comme remplaçant d'Internet Explorer est équivalent sans les failles : http://www.mozilla-europe.org/fr/

SharK   (c) 2005

Document généré en 0.4 seconde

Sitemap