Page en cours de chargement

Navigation
Flash !
Interview du Dr Doublier-Villette

par Frank Abed sur Gloria ¬Ė TV :

Le rayonnement du sanctuaire pro-vie en France et dans le monde. VOIR :

http://fr.gloria.tv/?media=189731

Rubriques
 +  Bio√©thique &t√©l√©thon
 +  Docs : Autre
 +  Docs : L'Univers - LISTE
 +  Docs : Mgr Bouchex
 +  Docs : Mgr Fort
 +  Docs : Papes
 +  Documents
 +  Dossiers th√©matiques
 +  Information
 +  Liens
 +  Medias
 +  Paix liturgique
 +  Pers√©cutions Anti-Chr√©tiennes
 +  Reportages
 +  Site
Brèves
Information
Recherche




Un don à l'Univers
NewsLetter

Votre courriel :

Votre courriel à nouveau :


Sondage
Allez-vous aux "Rosaires pour la Vie" ?
 
oui
oui, rarement
non
Résultats
Infos depuis le 1/10/05
Ecrire √† webmaster  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site √† un ami  Recommander

Visites
  visiteurs

  visiteurs en ligne

Londonistan: Le nouveau complot des "blouses blanches"

 

LONDONISTAN

Le nouveau complot

des blouses blanches

Grand dérangement climatique

et coup de zouzguef !

 

George Orwell écrivit un jour: « En ce temps de duperie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire ». Or il suffit de parcourir les journaux - de gauche ou de droite, si on en distingue encore la différence! - pour se rendre compte qu'il s'agit sans vergogne de proxénétisme médiatique. Et les télévisions ? Des lupanars qui turbinent sur le trottoir de la globalisation. Les sacro-saints journaux télévisés sont avalés, ruminés et digérés sans scrupule! La masse s'engraisse en liesse des bassesses, mensonges et vulgarités proférés par tous les mass médias. Et tout semble bien aller vers le pire ! 

Jacqueline Amidi, Beyrouth 31 mai 2007.

 

 

En ces temps de perturbations atmosphériques chroniques, un rayon de soleil chauffe la nuée qui nous inondera comme "vache qui pisse", la minute suivante. Août est en avril et le joli mois de mai se mue en Toussaint lugubre. Et les crises se suivent avec une infernale constance… Crise du camp de réfugiés au Liban (des réfugiés à perpétuité :   quarante années de confinement depuis la guerre dite des Six jours ; des exilés venus grossir les contingents de déportés de la Naqba, la « Catastrophe » de 1948) durant laquelle l’armée libanaise, beaucoup moins présente pendant la drôle de guerre unilatérale de juillet dernier, a nettoyé le ghetto de Nahr el-Bared des éléments armés du Fatah el-Islam, une étrange milice islamiste que certains experts s’entêtent à présenter comme sponsorisée par le clan Hariri pour faire pièce au Hezbollah… Comprenne qui pourra!

 

Crise de Gaza, autre ghetto et camp de concentration où s’entasse un million et demi d’humains dans des conditions d’une grande précarité, des conditions que dénoncent avec beaucoup de constances les représentants des Nations-Unies et les humanitaires, avertissements et sonnettes d’alarmes qui ne trouvent que peu ou pas d’écho dans la grande presse ou en tout cas infiniment moins que celle du Darfour (priorités des priorités de la diplomatie française et de M. Kouchener, ci-devant médecin), cette province soudanaise où des enjeux géoénergétiques (pétrole et uranium) et géostratégiques d’importance mettent aux prises les Titans de la scène internationale, Chine versus Etats-Unis.

Gaza où les cadres du gouvernement élu du Hamas (élu avec la bénédiction de la Communauté Internationale et de l’Union européenne), las d’être l’objet d’assassinats ciblés, d’enlèvements et de détentions arbitraires de la part des milices du Fatah, le parti présidentiel, las de voir bafouer, les accords de la Mecque sur le partage des pouvoir et des compétences, ont fini par restaurer un peu d’ordre dans l’anarchie civile qui croissait de manière alarmante ces dernières semaines à la grande joie des hommes de Tel-Aviv ravis de voir s'entre-tuer leurs ennemis intimes.

 

La libération hier du journaliste britannique Allan Johnston détenu par un groupe salafiste, l’Armée de l’Islam, se réclamant plus ou moins d’Al Qaïda*  témoigne (quoique ce matin 4 juillet 2007, la grande presse rechigne a rendre justice à la vérité et à en attribuer le mérite au seul Hamas) que la paix civile, ou ce qui s'en approche le plus, est de retour à gaza.

Reste qu'une fois de plus nous assistons à un festival de la mauvaise foi : si  le Hamas est donc parvenu à mettre un terme aux affrontements fratricides opposant les factions (cela en expulsant manu militari les quasi mercenaires du Fatah, formés et payés par l’Administration étatsunienne pour faire le ménage au lieu et place des F16 et des drones de combats qui arrosent régulièrement, et en toute impunité internationale cette prison à ciel ouvert qu’est aujourd’hui la bande maudite de Gaza), il reste l'éternel et irrédimable coupable…Coupable et repoussoir idéal, du sur mesure, que jamais l'on ne reconnaîtra, sous peine, horresco referens, de se voir reconnaître par lui.*!

 

Toutes ces crises, incompréhensibles pour le citoyen lambda qui n’a d’autres sources d'information que la presse « gratuite » et le « vingt heure », se succèdent maintenant comme une mauvaise houle à lames sèches tambourinant sur la coque sonire du navire, risée annonciatrice de la nuée d’orage…

 

Et Londres, et Glasgow dans tout ça ?

 

A Londres, une voiture piégée, mais tellement mal qu’elle ne pouvait exploser faute de détonateur pertinent, une grotesque bagnole en flamme jetée contre la façade de l’aéroport de Glasgow et quelques autres épisodes rocambolesques que pataphysiques,et pour comble, cet invraisemblable complot des blouses blanches… !

Soit dit en passant le Royaume Uni est à ce point à bout de souffle, hors de ressources qu’il doit à présent, sans vergogne, importer ses médecins de ses anciennes colonies, cela malgré  dix ans passés sous la férule blairiste, une quasi dictature soft, prétendument d'une inoxydable efficacité libérale? Car existe-t-il un autre qualificatif pour désigner un système qui s’est prolongé à coup de mensonges et a conduit, volens nolens, l'orgueilleuse Angleterre sur les sentiers de la guerres sans limites? Guerres de conquêtes fondées sur le mensonge et la désinformation extensifs : Yougoslavie en 1999, Afghanistan en 2001, Irak en 2003, ceci en allant jusqu’à faire, très vraisemblablement, assassiner certains témoins gênants  tels le Dr Lily**, expert en armes de destruction massive qui avait dénoncé le trucage éhonté du dossier irakien.

 

D’éternels mensonges qui sont devenus de nos jours la voie habituelle de la gouvernance dans nos démocraties libérales-avancées et dans le travaillisme sauce libérale mis à la mode par M.Blair dont a dû s'inspirer notre brillant nouveau et hyperactif président de cette "Cnquième"cacochyme.

 Pour les sceptiques, vite requalifiés en conspirationnistes, tout cela ne tient guère la route. Qu’on se souvienne : cet autre épisode abracadabrantesque du passager de British Airways, Richard Reed, doux débile qui en décembre 2001 projetait, paraît-il, de faire exploser  l’avion avec ses semelles explosives! Si c’est cela Al Qaïda, c’est évidemment sinistre mais c’est aussi tout à fait grotesque et de ce point de vue, en définitive, risible.

 

Et les attentats de Londres et de Madrid me direz-vous ? Certes, d’authentiques tragédies, mais qui en sont les auteurs véritables au-delà de protagonistes trop visibles et trop vite « logés » ? En tout cas ils n’appartiennent pas à Al Qaïda comme le répètent à l’envi les perroquets médiatiques, c’est en tout cas ce qu’ont établi les rapports des brigades anti-terroristes de Scotland Yard et de Madrid ! Cela sans appel!

 

Le cas Richard Reed  à l’instar du mélange explosif qu’aurait pu réaliser, à la mi-août 2007, des islamistes candidats au martyr, dans les toilettes des aéronefs assurant les liaisons transatlantiques, (complot hypothétique déjoué avec maestria! qui paralysa et désorganisa pour un temps le trafic aérien de la Grande-Bretagne). On sait, à l'heure actuelle,de l’avis autorisé de spécialistes, que la fabrication d’explosifs liquides est chose ardue , en tout cas laborieuse et qu’enfin les toilettes des longs courriers ne sont pas des laboratoires de chimie particulièrement confortables pour ce genre d'opération.

 

Peu importe, le résultat atteint (et visé ?), de toute évidence, est d’entretenir et de renforcer un état de psychose permanent de la population britannique. Comme cela existe déjà (mais aucun « envoyé spécial » de nos services publics télévisuels ne documente cela) aux États-Unis où le niveau d’alerte est annoncé quotidiennement, sorte de météo morbide d’une terreur largement « fabriquée ».

 

Les populations ainsi conditionnées acceptent mieux les lois et les dispositions de contrôle social universel (Patriot Act aux E-U), les mises en fiches générales, non plus des populations potentiellement délinquantes mais de toute la société sans exception ( par exemple, passeports biométriques permettant l’identification à distance au sein d’une foule) et, pour l’anecdote, les quelque 400 000 caméras de surveillance de Londres intra muros qui ne s’intéressent sans doute  que marginalement à la délinquance  ordinaire.

 

Exit M.Blair, bienvenu M. Brown, un clou chasse l’autre, et le monde poursuit sa course folle. Une course à l’abîme peut-être, car que cache cette soudaine éruption de tentatives avortées, mais spectacle médiatique ? Que nous concoctent les brillantes cervelles du 10, Downing street associées à leurs homologues wasghingtoniennes ? Quel coup de zouzguef imminent se prépare-t-il à l’ombre de Big Ben pour justifier un tel conditionnement de l’opinion, britannique, en premier lieu, européenne et occidentale ensuite ? Quelle pilule ou quel calice d’amertume veut-on nous faire in fine ingurgiter ?

En un mot quelle nouvelle crise d’envergure ou quelle nouvelle guerre, ces pseudos attentats montés en neige annoncent-ils ?

 

La réception, danse du ventre, offerte à Vladimir Poutine dans la résidence familiale des ogres bushistes, ne vaut rien qui vaille. Quel bluff et quel marchandage auront été évoqués au cours de cette rencontre du Troisième type? Qui aura été sacrifié sur l'autel de la stabilité de l'hémisphère nord? Une question que nous aurions préféré ne pas poser

 

L’Iran est toujours "le" bon candidat à l'holocauste. Téhéran est  trop souvent cité, et pas en bien ces jours-ci, pour son soutien aux résistances chiites irakiennes, pour son influence nouvelle au sein du Londonistan, ou pour le réarmement du Hezbollah libanais, voire du Hamas palestinien… La liste des reproches sanglants s’allonge tous les jours et tout cela n'est pas de bon augure!

 

Le dérèglement climatique est aujourd'hui quelque chose de tangible. N'en déplaise aux Panglossiens qui vivront éternellement dans le meilleur des mondes capitalistiques, à notre humble avis les désordres météorologiques, désordres cosmiques s'il en est, accompagnent ou reflètent les désordres humains.

 

De ce point de vue, l'horizon devient, hélas, couleur de plomb…

 

Jean-Michel Vernochet, mercredi 4 juillet 2007

 

 

 

* Cf Le Courrier (Gen_ve) 22 février 2006- Entretien avec le chef du bureau politique du H               amas en exil à Damas: "L'Occident doit accepter le dialogue".

 

** Tout comme le Fatah al-Islam au Liban créé apparemment pour déconsidérer le Hezbollah (Parti de Dieu peut-être mais aussi parti de gouvernement), et pour justifier « le désarmement des milices » (autrement dit de toutes forces d’opposition ou de résistance armée au Liban contre les ingérences récurrentes du voisin israélien) ; un désarmement unilatéral et inconditionnel réclamé à corps et à cri au Conseil de sécurité par le parti dominant des éternels plaignants ! De la même façon, l’armée de l’Islam et d’autres groupuscules du même acabit, semblent jouer à Gaza des rôles analogues à celui du Fatah al-Islam, ceci afin de brouiller les cartes, faciliter les amalgames et entretenir la confusion dans l’esprit du public. À ce titre et jusqu’à ce jour, quasiment aucune mention n’a été faite dans les médias sur « qui » étaient ravisseurs de journaliste de la BBC ou ceux du soldat Gilad Sahlit ; cela permettant d’en imputer implicitement et tacitement la responsabilité au gouvernement légal de la Palestine, à savoir le Hamas !

 

*** En 1999, Tony Blair préside, sans l’aval du Conseil de Sécurité, à la « déclaration » du guerre (en fait les guerres modernes se présentent sans déclaration du tout) contre la Fédération yougoslave, ultime verrou de souveraineté en Europe orientale, à propos de la province serbe du Kossovo.  

Dans cette logique, il apporte en 2003 un soutien inconditionnel à George Bush dans sa guerre d’agression contre l’Irak baasiste. Porte parole de la Maison-Blanche, il est chargé au niveau européen de contrer le couple franco-germanique hostile à une guerre injustifiable. Blair apporte de l’eau au moulin de la propagande belliciste en produisant des argumentaires particulièrement grossiers (comme le mémoire de maîtrise d’un étudiant, mémoire scolaire repris aux fautes près par le Secrétaire d’État Colin Powell) prétendant démontrer  en Irak la présence d’armes de destruction massive en Irak en violation des Résolutions des Nations Unies. Le Dr. David Christopher Kelly fonctionnaire du ministère de la Défense britannique, expert en guerre biologique et membre de la Commission spéciale des Nations unies (Onuscom) pour le désarmement de l’Irak  où il   s’est  rendu à 37 reprises au cours de sept années d’inspection. Kelly est retrouvé « suicidé » le 17 juillet 2003 après ses révélations à la BBC relatives aux falsifications de l’administration blairiste sur les ADM irakiennes. Une commission parlementaire blanchira le Premier britannique dans cette sinistre affaire comme dans tant d’autres.

 

Dans son rapport final rendu public le 29 juin 2007, la Cocovinu, commission d’inspection de l’Onu, conclut : "Aucune arme de destruction massive n’a été trouvée en Irak". Avant l’invasion de l’Irak la Cocovinu aura conduit 731 missions d’inspection sur 411 sites différents. 

Le Suédois Hans Blix, chef de la Commission, défiant les formes contraignantes de la diplomatie n’avait pas hésité à déclarer en 2005 que les États-Unis et le Royaume-Uni avaient choisi délibérément d’ignorer les rapports de la mission onusienne. On ne saurait mieux dire !   

Le rapport précise par ailleurs que "par ses informations fausses et fallacieuses, notamment dans les premières années du processus d’inspection (après la Guerre du Golfe en 1991), il était devenu pratiquement impossible pour l’Irak de fournir des preuves convaincantes qui auraient balayé les doutes ». Enfin, plus de 200 fournisseurs étrangers, entre 1970 et 1990, ont livré à l’Irak des équipements de haute technologie et des matériaux pouvant entrer dans les programmes d’armement interdits [aux pays non-membres du club des élus ou éligibles, faut-il le préciser]. L’ «Onu » a officieusement précisé que les rapporteurs avaient « décidé » (on ignore si c’est de façon autonome) de garder un silence pudique quant aux noms des dits fournisseurs ! Pour la petite histoire l’on sait que M. le Secrétaire à la Défense américain, M.Donald Rumsfeld, fut un habile voyageur de commerce au  cours de ces années fastes…


Date de création : 05/07/2007 20:46
Dernière modification : 23/07/2007 21:28
Catégorie : Information


Pr√©visualiser la page Pr√©visualiser la page    Imprimer la page Imprimer la page

Autres articles de la rubrique

Calendrier

Associations amies, merci de ne pas prévoir des événements en même temps que les autres.

Ephéméride
mercredi
04
janvier 2012

Aujourd'hui :
Saint Odilon

Bulletin réinformation
Librairie
Vitraux


Cliquer sur l’image pour l’ouvrir

Albums photos
Orphelinat des Saints Innocents Sanctuaire "provie" Sanctuaire de Tarnoviec
Cartes postales

Envoyez une carte postale

Liens proches
Préférences

 Nombre de membres 39 r√©dacteurs


Utilisateurs en ligne

( personne )
Affiliés

http://spslyon.site.voila.fr

Ajouter votre pub
affiliez-vous

^ Haut ^


Mentions légales : Détail des mentions
Nous d√©conseillons fortement l'emploi des logiciels Microsoft en raison du financement des programmes internationaux d'avortement et de contr√īle des naissances par Bill Gates. L'utilisation de Firefox comme rempla√ßant d'Internet Explorer est √©quivalent sans les failles : http://www.mozilla-europe.org/fr/

SharK   (c) 2005

Document généré en 0.41 seconde

Sitemap