Page en cours de chargement

Navigation
Flash !
Interview du Dr Doublier-Villette

par Frank Abed sur Gloria – TV :

Le rayonnement du sanctuaire pro-vie en France et dans le monde. VOIR :

http://fr.gloria.tv/?media=189731

Rubriques
 +  Bioéthique &téléthon
 +  Docs : Autre
 +  Docs : L'Univers - LISTE
 +  Docs : Mgr Bouchex
 +  Docs : Mgr Fort
 +  Docs : Papes
 +  Documents
 +  Dossiers thématiques
 +  Information
 +  Liens
 +  Medias
 +  Paix liturgique
 +  Persécutions Anti-Chrétiennes
 +  Reportages
 +  Site
Brèves
Information
Recherche




Un don à l'Univers
NewsLetter

Votre courriel :

Votre courriel à nouveau :


Sondage
Allez-vous aux "Rosaires pour la Vie" ?
 
oui
oui, rarement
non
Résultats
Infos depuis le 1/10/05
Ecrire à webmaster  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander

Visites
  visiteurs

  visiteurs en ligne

Il faut rependre Saddam une 2° fois


 

Chronique de politique internationale de Jean-Michel Vernochet

    IL FAUT RE-PENDRE  SADDAM

UNE DEUXIÈME FOIS!
 


 
 
Le 8 juillet 1982, Saddam Hussein, échappe à une  tentative d'assassinat dans le “village” chiite de Doujaïl, attentat perpétré  par le parti religieux Dawa. 1 500 personnes sont arrêtées et 148 exécutées. Le 5 novembre 2006, condamné à mort pour “crime contre l'humanité”,  Saddam Hussein est pendu le 30 décembre 2006 peu après 6h du matin, à l'aube  de la fête du sacrifice commémorant la soumission d'Abraham à la volonté  divine. Insulté, bafoué au moment d'être envoyé ad patres, la tête du  supplicié sera en partie arrachée par une corde trop longue ; certains ont d'ailleurs cru un moment qu'il avait été égorgé après son décès. Cette mort infamante, couverte par les forces d'occupation américaines qui ont  remis le prisonnier aux exécuteurs irakiens quelques heures avant le supplice,  est ressentie par le monde arabe tout entier comme une humiliation  supplémentaire destinée à alimenter le brasier de la guerre civile.

 


 Penser, écrire, sont devenus des exercices périlleux pour peu que l'on  mette un pied hors la voie

toute tracée de la pensée unique. En fait,  penser est immédiatement devenu suspect (et suspect du pire) pour ne pas dire quasi délictuel. Surtout si l'on se borne à constater les faits car il n'y a  rien de plus condamnable que d'énoncer de banales ”évidences”; cela peut d'ailleurs aujourd'hui, en ces temps de droits de l'homme triomphants (le  premier étant le droit “d'avaler sa salive”), conduire très rapidement l'inconscient sur le banc d'infamie de la justice populaire.


Ainsi se pose la question de savoir s'il est encore licite, dans nos sociétés de liberté, de penser  et surtout de dire qu'il  est étrange que les forces d'occupation en Irak puissent se prévaloir d'avoir  éliminé ce dimanche 28 janvier 2007, quelques 300 combattants chiites alors que Saddam Hussein a été déclaré paria et pendu pour en avoir fait exécuter 148 ? Lesquels avaient participé  (nous sommes là dans une société tribale  fortement communautarisée, par conséquent où toute responsabilité est plus ou  moins collective) à une tentative d'assassinat contre la personne du chef de l'État et à travers elle, contre un régime laïque baasiste "d'ordre et de progrès" (comme l'a dit si bien  fin décembre 2006, le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, dans son discours d'adieu) !


Certes Saddam Hussein était  autrement plus brutal que Charles De Gaulle qui n'envoyait les coupables au  poteau qu'au compte-goutte. Mais depuis cinquante ans ne nous serine-t-on pas  que lorsqu'un seul homme est meurtri, c'est toute l'humanité qui pâtit ? Alors,  avec ou sans cette  rhétorique à géométrie variable quant à la qualité du  crime en proportion du nombre des victimes, bornons-nous à constater que  lorsque Saddam maintenait la loi et l'ordre républicain, certes d'une main de  fer, il commettait d'inexpiables crimes contre l'humanité ; mais lorsqu'un  pays est réduit en cendres, lorsqu'une population est livrée au déchaînement  des fanatismes religieux, qu'il est en proie à la guerre civile, que les morts  se comptent par centaines de milliers, qu'une armée officielle de 130 000  hommes en partie composée de “sans-papiers” latinos auxquels parfois la “green  card” est octroyée à titre posthume, que cette armée est elle-même appuyée par  40 000 mercenaires, nous devons clamer Alléluia et chanter la gloire de la démocratie en marche !


Tout est bien en effet puisque la morale est  sauve : Saddam a été puni pour le “massacre” de 148 villageois chiites et la  communauté internationale (et pas les seuls européens) a acquiescé à la guerre  et à la vengeance, ne serait-ce que tacitement. Tout comme également lorsque l'armée des États-Unis s'est employée en 2004 à raser la ville rebelle de Falloujah  qui comptait 200 000 habitants ; mais là encore il ne s'agit pas de crime comme à Doujaïl puisque cela s'est fait au nom des Droits de l'Homme,  il ne pouvait donc s'agir que de justes et légitimes représailles. Comprenne qui  pourra !

 

Un bref rappel :

 

Falloujah a été longtemps considérée comme le  centre intellectuel du sunnisme irakien, elle est à ce titre appelée la  “ville des mosquées” en raison de ses quelque 200 édifices religieux. Le  31 mars 2004, quatre mercenaires américains de la société Blackwater sont tués  à Falloujah ; leurs corps, brûlés dans l'incendie du véhicule, sont pendus à un  pont. Cet événement suscite aux États-Unis une vive émotion. En représailles  (mais là il ne s'agit plus du crime somme toute artisanal du dictateur  Saddam), les forces américaines font le siège de Falloujah à partir du 9 avril. 70 000 femmes, enfants et vieillards sont généreusement autorisés à  quitter la ville, mais pas les hommes valides. L'opération Vigilant  Resolve est alors lancée et Falloujah noyée sous un déluge de feu au sens propre  puisqu'il est établit que des bombes au phosphore furent utilisées tout comme lors de la libération de la Normandie.


On  comptera officiellement entre 600 et 800 morts irakiens, mais l'histoire  retiendra les images de ces GI'S nettoyant les ruines de Falloujah maison par maison et abattant de  sang froid les blessés et agonisants. Mais là il ne peut s'agir de crime de  guerre puisque ce qui est en jeu est la démocratisation d'un État voyou et la  réduction d'une poche de résistance ! L'opération achevée en mai devra cependant être suivie d'une deuxième offensive baptisée Phantom Fury début novembre ; la  normalisation de la cité est enfin déclarée le 29 du même mois sans bilan  humain déclaré.

 

En conclusion notons qu'il y a de “bons morts” à savoir les  “méchants” comme nous l'a abondamment enseigné les films de l'usine hollywoodienne au moyen d'une production à grand spectacle où de toute évidence la vie humaine n'a plus aucun prix, hormis celle d'une poignée de justes ou d'élus appelés invariablement à délivrer le monde d'une éternelle Menace. Une usine à cauchemars qui  prépare évidemment les esprits à accepter, voire à désirer les guerres réelles ... La prochaine est en cours de gestation, le compte à rebours a déjà commencé...

 

Suite dans la chronique internationale de jeudi.



Jean-Michel Vernochet


29  janvier  2007



    
 

 

 


Date de création : 31/01/2007 17:34
Dernière modification : 31/01/2007 09:41
Catégorie : Information


Prévisualiser la page Prévisualiser la page    Imprimer la page Imprimer la page

Autres articles de la rubrique

Calendrier

Associations amies, merci de ne pas prévoir des événements en même temps que les autres.

Ephéméride
mercredi
04
janvier 2012

Aujourd'hui :
Saint Odilon

Bulletin réinformation
Librairie
Vitraux


Cliquer sur l’image pour l’ouvrir

Albums photos
Orphelinat des Saints Innocents Sanctuaire "provie" Sanctuaire de Tarnoviec
Cartes postales

Envoyez une carte postale

Liens proches
Préférences

 Nombre de membres 39 rédacteurs


Utilisateurs en ligne

( personne )
Affiliés

http://spslyon.site.voila.fr

Ajouter votre pub
affiliez-vous

^ Haut ^


Mentions légales : Détail des mentions
Nous déconseillons fortement l'emploi des logiciels Microsoft en raison du financement des programmes internationaux d'avortement et de contrôle des naissances par Bill Gates. L'utilisation de Firefox comme remplaçant d'Internet Explorer est équivalent sans les failles : http://www.mozilla-europe.org/fr/

SharK   (c) 2005

Document généré en 0.41 seconde

Sitemap