Page en cours de chargement

Navigation
Flash !
Interview du Dr Doublier-Villette

par Frank Abed sur Gloria – TV :

Le rayonnement du sanctuaire pro-vie en France et dans le monde. VOIR :

http://fr.gloria.tv/?media=189731

Rubriques
 +  Bioéthique &téléthon
 +  Docs : Autre
 +  Docs : L'Univers - LISTE
 +  Docs : Mgr Bouchex
 +  Docs : Mgr Fort
 +  Docs : Papes
 +  Documents
 +  Dossiers thématiques
 +  Information
 +  Liens
 +  Medias
 +  Paix liturgique
 +  Persécutions Anti-Chrétiennes
 +  Reportages
 +  Site
Brèves
Information
Recherche




Un don à l'Univers
NewsLetter

Votre courriel :

Votre courriel à nouveau :


Sondage
Allez-vous aux "Rosaires pour la Vie" ?
 
oui
oui, rarement
non
Résultats
Infos depuis le 1/10/05
Ecrire à webmaster  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander

Visites
  visiteurs

  visiteurs en ligne

Villepin, à mots couverts parle de guerre! ...auquel cas Chirac sera candidat

Chronique de politique internationale, le 25 janvier 2007, par Jean-Michel Vernochet,

Villepin à mots couverts

parle de guerre !

...Auquel cas  

Chirac sera candidat

Mardi soir, le 23 janvie,r se tenait le 22ème dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France, le Crif, au cours duquel le Premier ministre, Dominique de Villepin, a apporté le soutien sans réserve de la France à l'État d'Israël inquiet de la poursuite du programme nucléaire civil de la République islamique d'Iran.

Programme nucléaire civil en grande partie fruit d'un partenariat avec la Russie : 3000 techniciens russes sont ainsi présents sur le chantier de la centrale de Busher à proximité de Shiraz ; la France ayant été elle-même impliquée de longue date dans le nucléaire civil iranien avec la signature par Jacques Chirac, Premier Ministre de Giscard d'Estaing en 1974, de l'accord Eurodif, accord qui a d'ailleurs plus ou moins survécu à la Révolution islamique.

“La France sera toujours au côté d'Israël...elle ne transigera pas avec la sécurité d'Israël” telle a été en substance la position développée par le Premier Ministre, invité d'honneur, devant un auditoire de choix au premier rang duquel François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste, le candidat UDF à l'élection présidentielle François Bayrou, le maire socialiste de Paris Robert Delanoë, plusieurs ministres et l'enseignant en philosophie Robert Redeker qui connaît une certaine notoriété médiatique pour la persécution idéologique dont il serait l'objet de la part de fanatiques islamistes.

 Notons que le programme “civil” iranien (au demeurant tout à fait légitime contrairement à ce qu'a pu déclarer inconsidérément Mme Royal) est en conformité au traité de non-prolifération  ratifié par l'Iran.

Un traité que n'a pas signé Israël pourtant détenteur d'un arsenal nucléaire créé notamment avec l'aide de la France.  Un secret de Polichinelle qui a longtemps constitué une sorte d'effarant tabou au sein de la communauté internationale auquel le Premier Ministre hébreu Ehoud Olmert a récemment mis fin sous forme d'un aveu en forme d'une menace déguisée. La presse  anglaise n'a-t-elle pas révélé ces dernières semaines des vols d'entraînement de l'aviation israélienne conduisant les appareils de Tsahal jusqu'à Gibraltar, soit la distance séparant l'État hébreu des sites nucléaires iraniens ? Articles mettant en avant l'éventualité d'un emploi d'engins nucléaires tactiques pour la destruction des centres iraniens de retraitement de l'uranium.

Au-delà du bluff, il s'agit d'une option largement évoquée et documentée dans les médias anglo-américains et pas les moindre, ceci avec une telle insistance qu'il est à présent difficile de ne pas en tenir compte.

C'est dans ce contexte qu'il faut par conséquent interpréter les propos du Premier ministre. Celui-ci nous annonce que la position  du gouvernement français,  à l'occasion d'une montée aux extrêmes dans le bras-de-fer opposant la communauté occidentale à l'Iran,  qu'en cas de crise majeure donc - le Premier ministre ayant centré son intervention sur le thème de l'Iran  “menace imminente” - la position du gouvernement français ne sera pas celle, sage et raisonnable, adoptée en 2003 dans la guerre lancée par les Etats-Unis contre l'Irak au motif de le désarmer d'armes inexistantes.

Lues littéralement les déclarations de M. Villepin, fort inquiétantes sur le fond, laissent clairement entendre que la France serait partie prenante d'un nouveau conflit au Proche-Orient. Une attitude nouvelle pour une politique d'engagement en rupture avec les positions autonomes adoptées jusqu'ici et qui marque un renforcement de l'alignement de Paris sur Washington, rapprochement déjà sensible dans la crise libanaise depuis l'assassinat de l'ancien premier ministre Rafic Hariri, affairiste et grand ami de Jacques Chirac, le 25 février 2005.

Quand à la menace réelle représentée par l'Iran, le député socialiste Jean-Michel Boucheron rappelait il y a quelques jours que l'Iran veut en effet l'arme nucléaire et que cette prétention n'a rien d'exorbitante dans un environnement qui est le sien et dans lequel l'arme nucléaire est omniprésente : Pakistan, Inde, Russie, Ukraine, Israël. Si vis pacem para bellum dit l'adage, si tu veux la paix, prépare la guerre. Boucheron ajoutait qu'au mieux l'Iran n'atteindrait pas cette capacité avant 2012 et qu'il faudrait encore que beaucoup d'eau passât sous les pont avant que cette “capacité” nucléaire puisse un jour lointain se trouver “militarisée” c'est-à-dire apte à l'emploi sur le champ de bataille.

Tout se passe donc comme si la France et l'Union européenne avaient accepté de facto de s'associer à une nouvelle crise majeure à venir. Crise qui, dans le contexte actuel de chaos irakien, pourrait facilement dégénérer et s'étendre à toute une région vitale pour nos approvisionnements en énergie fossile.

De beaux jours en perspective, reste que dans une telle conjoncture de montée des périls, il devient impensable que Jacques Chirac ne se représente pas aux suffrages des français.

Jean Michel Vernochet

*******

Dernière heure: dépêche de l'agence de presse iranienne

 

L'Iran ripostera à toute attaque avec une puissance foudroyante  



TEHERAN, 24 janvier - RIA Novosti. Si l'Iran est agressé, il ripostera
avec une puissance foudroyante, a déclaré mercredi devant les
journalistes à Téhéran le ministre de la Défense de la République
islamique d'Iran, le général Mostafa Mohammad Najjar.

"En cas d'agression (contre l'Iran), si petite soit-elle, les ennemis se
heurteront à une riposte foudroyante de nos Forces Armées", a indiqué le
ministre.

Et d'ajouter que l'armée iranienne se trouvait en état d'alerte maximum,
et que Téhéran surveillait très attentivement toutes les manoeuvres de
forces armées étrangères dans la région.

Il est peu probable que Washington ose lancer une opération militaire
contre l'Iran, a estimé le ministre iranien de la Défense.

"Soyez plus sages avant d'entreprendre quoi que ce soit. Pensez au moins
aux intérêts de votre propre peuple", a martelé le général Najjar
s'adressant à l'administration Bush.

"Aujourd'hui, le peuple américain intervient contre cette idée folle
(d'une attaque contre l'Iran) de ses fonctionnaires", a-t-il avancé.

Et de souligner que Téhéran intervenait pour la paix et la sécurité dans
la région.

La veille, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, avait déclaré que
les Etats-Unis ne pouvaient attaquer l'Iran, ni lui porter un coup  
important, ajoutant qu'à l'intérieur même des Etats-Unis, "il y a des
gens intelligents qui interviennent contre une action militaire contre
l'Iran".

On avait appris auparavant que le deuxième groupe aéronaval américain
faisait route vers le Golfe. Il s'agit d'une mesure de dissuasion
appelée à obliger l'Iran à renoncer à ses tentatives de dominer dans la
région, avait souligné le sous-secrétaire d'Etat américain aux affaires
politiques Nicholas Burns. "L'Iran ne dominera pas au Proche-Orient. Le
golfe Persique ne doit pas se trouver sous le contrôle de l'Iran. Aussi
les Etats-Unis ont-ils envoyé deux groupes aéronavals dans la région",
avait relevé M. Burns.

Si tout se passe comme prévu, fin février prochain, le porte-avions
américains USS John C. Stennis et un groupe de navires en convoi
rejoindront le groupe de bâtiments de guerre de la Marine américaine qui
se trouve déjà dans la région.

Le 11 janvier dernier, George W. Bush, avait annoncé l'envoi dans la
zone du golfe Persique d'un porte-avion américain et de missiles
antimissile Patriot et ce, dans le cadre des mesures adoptées par son
administration "pour renforcer la sécurité de l'Irak et protéger les
intérêts américains au Proche-Orient". "Nous élargirons l'échange de
renseignements et déploierons des missiles antimissile Patriot pour
soutenir nos amis et alliés", avait notamment indiqué le président
américain.

 http://fr.rian.ru/world/20070124/59632726.html

    __._,___


Date de création : 25/01/2007 16:54
Dernière modification : 25/01/2007 10:59
Catégorie : Information


Prévisualiser la page Prévisualiser la page    Imprimer la page Imprimer la page

Autres articles de la rubrique

Calendrier

Associations amies, merci de ne pas prévoir des événements en même temps que les autres.

Ephéméride
mercredi
04
janvier 2012

Aujourd'hui :
Saint Odilon

Bulletin réinformation
Librairie
Vitraux


Cliquer sur l’image pour l’ouvrir

Albums photos
Orphelinat des Saints Innocents Sanctuaire "provie" Sanctuaire de Tarnoviec
Cartes postales

Envoyez une carte postale

Liens proches
Préférences

 Nombre de membres 39 rédacteurs


Utilisateurs en ligne

( personne )
Affiliés

Ajouter votre pub
affiliez-vous

^ Haut ^


Mentions légales : Détail des mentions
Nous déconseillons fortement l'emploi des logiciels Microsoft en raison du financement des programmes internationaux d'avortement et de contrôle des naissances par Bill Gates. L'utilisation de Firefox comme remplaçant d'Internet Explorer est équivalent sans les failles : http://www.mozilla-europe.org/fr/

SharK   (c) 2005

Document généré en 0.41 seconde

Sitemap