Page en cours de chargement

Navigation
Flash !
Interview du Dr Doublier-Villette

par Frank Abed sur Gloria – TV :

Le rayonnement du sanctuaire pro-vie en France et dans le monde. VOIR :

http://fr.gloria.tv/?media=189731

Rubriques
 +  Bioéthique &téléthon
 +  Docs : Autre
 +  Docs : L'Univers - LISTE
 +  Docs : Mgr Bouchex
 +  Docs : Mgr Fort
 +  Docs : Papes
 +  Documents
 +  Dossiers thématiques
 +  Information
 +  Liens
 +  Medias
 +  Paix liturgique
 +  Persécutions Anti-Chrétiennes
 +  Reportages
 +  Site
Brèves
Information
Recherche




Un don à l'Univers
NewsLetter

Votre courriel :

Votre courriel à nouveau :


Sondage
Allez-vous aux "Rosaires pour la Vie" ?
 
oui
oui, rarement
non
Résultats
Infos depuis le 1/10/05
Ecrire à webmaster  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander

Visites
  visiteurs

  visiteurs en ligne

J'étais à Grenoble le 18 novembre, avec SOS Tout-Petits: "Dur dur"

J'étais à Grenoble le 18 novembre

avec SOS Tout-Petits: "dur dur!"

 

reportage par le Dr Doublier-Villette

 

Le 18 novembre, SOS Tout-Petits a fêté ses 20 ans dans toutes les grandes villes de France.

 

14H15: j'ai un quart d'heure d'avance pour rejoindre les amis de Grenoble organisant leur manifestation priante pro-vie devant le porche du vieil hôpital de Grenoble à La Tronche.

Je ne vois que des drapeaux rouges, des photographes, des micros de radios, un perchiste et une centaine de personnes devisant entre amis. Ce serait bon enfant, s'il n'y avait les drapeaux rouges des tueurs historiques. Pas d'affluence policière comme d'habitude pour séparer les manifestants des contre-manifestants. Me serai-je trompé de lieu? Pas vraiment: les trois seuls policiers municipaux présents me confirment qu'ils attendent eux aussi les manifestants. Quand aux "braves gens" qui devisent, ils ont bien les badges des contre-manifestants attendus venant du Planning Familial et autres associations "historiques", comme la revue "alpine" du PCF. Ils sont très aimables avec moi, au milieu d'eux, car ils me prennent pour l'un des leurs. Ils attendent, me disent-ils, ces "salauds de fascistes qui ne veulent pas avorter! Et on va voir ce que l'on va voir".

Bouh! Cà commence bien!

J'ai pourtant l'habitude de ce genre de manifs du Dr Dor, car j'en ai "fait"jadis quelques unes avec lui, à Valence ou à Paris, à la clinique Ordener.

Mais j'ai l'impression qu'aujourd'hui ça va "chauffer".

A l'époque on recevait des œufs, des crachats, on subissait des bousculades et nos prêtres se voyaient passer la main sous la soutane. Après tout on vient là pour souffrir un peu (pas trop si possible!) la Passion du Christ. L'Union à la Croix n'est pas un vain mot, mais il faut subir en silence, sans se rebiffer. Pas facile. De toute façon, si on se rebiffe, cela "justifie" la montée en puissance des coups et cela dégénère pour de bon. Il y eut des blessés parmi nos amis en vingt ans.

Mais, ces derniers temps, la police avait pris la bonne habitude de protéger les manifestations de SOS Tout-Petits, car elles étaient déclarées en préfectures. Un cordon de police séparait les manifestants des contre-manifestants, qui se limitaient à hurler des insanités en tentant de couvrir la prière des "pro-vie". C'est pourquoi, cette fois-ci, je suis venu en "costume-cravate" et non en jean et blouson.

 

14H30: C'est l'heure de notre rassemblement et toujours rien. Finalement, un mouvement de la foule aux drapeaux rouges me fait voir que les amis (dispersés comme moi) se regroupent à gauche de l'entrée de l'hôpital.

Oh non! Il n'y a qu'une dizaine d'amis à genoux avec deux prêtres de la Fraternité St Pie X, en soutane, véritables paratonnerres attirant la foudre. Les amis forment un petit cercle, décalé à un mètre du mur, car ils ont été immédiatement entourés par la foule qui commence ses hurlements.

Je me dirige derrière l'un des prêtres à genoux, dérisoire protection pour lui, mais je reste debout...comme les manifestants. Pour m'en différencier, je sors mon chapelet. Je sens changer les regards de ceux qui m'ont parlé pendant l'attente.

C'est long une heure de manif à s'accrocher à ses "je vous salue Marie", débités avec intensité, sans même entendre ceux de ses voisins tellement la foule hystérique dirigée par un mégaphone couvre nos propres voix. L'impression de solitude est totale. On s'accroche totalement à son chapelet, on se réfugie totalement "sous le manteau de Marie", comme de petits enfants. Il faut avoir vécu cela au moins une fois. Cela fait comprendre la puissance du chapelet contre Lucifer et ses sbires humains.

Une foule qu'il ne faut pas entendre, qu'il ne faut pas voir, à laquelle il ne faut surtout pas répondre, même quand elle vous provoque, qu'elle scande par exemple que le jeune trisomique présent avec nous aurait dû être avorté ou bien lorsqu'elle investi le centre de notre petit cercle pour se trémousser, s'embrasser, mimer l'acte sexuel et finalement mettre sous les yeux de l'un des prêtres un sexe en plastique léché par des jeunes filles du Planning Familial. (l'une d'elles, ravissante par ailleurs, s'était défigurée par des canines de vampire et des cornes faunesques).

S'abstraire, en se concentrant sur la récitation de son chapelet.

Il m'est arrivé de l'arrêter pour observer les variations de tension (le clash a failli avoir lieu trois fois) ou pour parler à un policier en civil venu près de moi, mais bien vite je me rendais compte qu'il fallait que je reprenne ma prière pour ne pas être submergé par ce que j'entendais et voyais.

Le brave policier était bien préoccupé car on ne lui avait pas donné les moyens de séparer les manifestants des contre-manifestants: il disposait de trois policiers municipaux en tenue et de deux voitures cachées, avec des hommes (!) m'a-t-il dit, dans l'hôpital.

Il était clair que, si cela dégénérait, ses "troupes" n'auraient pas le temps d'intervenir avant qu'il n'y ait des blessés, et peut-être graves étant donné l'intrication des contre-manifestants, autour et dans le cercle (passé de dix à une trentaine d'amis, mais pour la plupart déjà "à terre" puisque à genoux!). Et, comme je le lui ai fait remarquer: s'il n'appelait pas à la rescousse très vite, il serait balayé en même temps que nous. Il n'en menait pas large ce brave policier, mais il avait reçu des ordres. Il n'a pas appelé. Cela m'a rappelé la manifestation de Valence, avec le Dr Dor, où nous avions été aussi très "chahutés" et où il n'y avait même pas un policier. A mon troisième appel téléphonique, le commissariat de Valence me répondit: "On a reçu des ordres: on ne se déplacera que lorsqu'il y aura des blessés...et vous êtes devant l'hôpital pour vous faire soigner!").

Se concentrer sur sa prière.

Mais je l'avoue, parfois, lors d'un relâchement de ma concentration, je me retenais pour ne pas rire, tellement ce que je venais d'entendre était stupide, décapant, irréel.

Mais je replongeais bien vite dans ma prière, honteux d'avoir entendu, à la suite d'une bêtise, un de leurs blasphèmes contre Marie et Jésus.

Comment ne pas penser à l'apparition de Notre-Dame à La Salette, il y a 160 ans. Elle se plaignait, déjà à l'époque, des blasphèmes qui alourdissaient tant le bras de son Fils. Elle en pleurait.

Le 19 septembre 2006 est paru L'apocryphe de St Joseph à La Salette, (*) où St Joseph est mis en position de se cacher il y a 160 ans, lors de l'apparition de sa femme, et de nous écrire, pour le 21ème siècle, une lettre où il raconte cette apparition en la commentant par rapport à ce que nous vivrons lors de la découverte de sa lettre: cette année précisément. A lire (*).

 

Prière et pénitence: Notre Dame dit inlassablement cela dans ses apparitions.

Il nous faut prier pour ces jeunes (et moins jeunes car j'ai bien cru reconnaître deux femmes que j'allais contester avec ma fiancée il y a 40 ans lors des débuts de leur Planning Familial à Grenoble!)

Ces deux femmes de mon âge sont endurcies. Résisteront-elles jusqu'à leur mort à la grâce de Dieu?

Mais les jeunes filles? Certes elles scandaient qu'elles étaient toutes des "avortées de la troisième aspiration", mais j'ai surpris des regards qui disaient leur trouble face à notre prière et elles s'en défendaient en criant plus fort (!), tandis que derrière moi, lors d'une exceptionnelle accalmie, une femme du Planning parlait suffisamment fort à son voisin (était-ce pour que j'entende?) en regrettant toutes ces insultes, car nous n'étions certainement pas tous fachos, que nous avions le droit de nous exprimer, que c'était eux les fachos en risquant de faire de nous des martyrs etc. Je me suis seulement retourné avec un petit sourire complice, auquel elle a répondu. J'aurais aimé lui parler après la dispersion, comme à quatre jeunes qui recherchaient la discussion en nous suivant vers nos voitures. Mais d'autres arrivaient, encore excités, et cela pouvait dégénérer. On les a laissé, mais c'est dommage.

Il y a tout un apostolat à faire "après manif", surtout quand elle se termine bien, comme cette fois-ci, sans bagarre...et qu'ils nous laissent partir en criant seulement leur victoire (puisqu'ils gardent le terrain).

 

Bravo donc aux amis de SOS Tout-Petits: leur témoignage, courageux, est essentiel: il fait réfléchir même des gens du Planning Familial. L'endurcissement des cœurs n'est jamais identique et surtout définitif. De l'importance de ces manifs et de "l'apostolat après manif" (dans un bistrot, par exemple). Et merci aux contestataires...sans lesquels les manifs de SOS Tout-Petits seraient moins perçues. L'ombre souligne la Lumière!

 

Mais il faut développer l'affluence à une autre forme de réunion PUBLIQUE, parfaitement complémentaire de celle de SOS-Tout-Petits: en cathédrale: "là où est l'évêque".

Car il faut faire bouger tout le "Peuple de Dieu", comme lors de la bataille deLépante.

Dans le contexte actuel, il n'est pas possible d'entraîner tout le peuple de Dieu dans la rue, avec SOS Tout-Petits. Et si c'était possible cela dégénèrerait forcément.

Il faut cependant donner au peuple de Dieu le moyen de s'exprimer, chapelet à la main, d'une façon significative, démonstrative. Les cathédrales sont idéales pour cela.

Alors on pourra dire que les "absents ont toujours tort", car c'est facile à faire: les premiers samedis, à 17H, en cathédrales.

C'est la formule dite des: Rosaires pour la Vie (voir les exceptions horaires sur http://www.rosairepourlavie.org ).

 

Samedi 2 décembre: 179ème Rosaire pour la Vie (depuis leur invention par les Scouts et Guides Equestres en 1991).

Entraînons nos amis.

 

 

(*) A commander 10 euros, franco, à CFRDJ (Centre Français de Recherche et de Documentation Joséphaines), Montjoye, 26400, Vaunaveys.


Date de création : 20/11/2006 17:42
Dernière modification : 22/11/2006 21:19
Catégorie : Information


Prévisualiser la page Prévisualiser la page    Imprimer la page Imprimer la page

Autres articles de la rubrique

Calendrier

Associations amies, merci de ne pas prévoir des événements en même temps que les autres.

Ephéméride
mercredi
04
janvier 2012

Aujourd'hui :
Saint Odilon

Bulletin réinformation
Librairie
Vitraux


Cliquer sur l’image pour l’ouvrir

Albums photos
Orphelinat des Saints Innocents Sanctuaire "provie" Sanctuaire de Tarnoviec
Cartes postales

Envoyez une carte postale

Liens proches
Préférences

 Nombre de membres 39 rédacteurs


Utilisateurs en ligne

( personne )
Affiliés

Ajouter votre pub
affiliez-vous

^ Haut ^


Mentions légales : Détail des mentions
Nous déconseillons fortement l'emploi des logiciels Microsoft en raison du financement des programmes internationaux d'avortement et de contrôle des naissances par Bill Gates. L'utilisation de Firefox comme remplaçant d'Internet Explorer est équivalent sans les failles : http://www.mozilla-europe.org/fr/

SharK   (c) 2005

Document généré en 0.41 seconde

Sitemap