Page en cours de chargement

Navigation
Flash !
Interview du Dr Doublier-Villette

par Frank Abed sur Gloria – TV :

Le rayonnement du sanctuaire pro-vie en France et dans le monde. VOIR :

http://fr.gloria.tv/?media=189731

Rubriques
 +  Bioéthique &téléthon
 +  Docs : Autre
 +  Docs : L'Univers - LISTE
 +  Docs : Mgr Bouchex
 +  Docs : Mgr Fort
 +  Docs : Papes
 +  Documents
 +  Dossiers thématiques
 +  Information
 +  Liens
 +  Medias
 +  Paix liturgique
 +  Persécutions Anti-Chrétiennes
 +  Reportages
 +  Site
Brèves
Information
Recherche




Un don à l'Univers
NewsLetter

Votre courriel :

Votre courriel à nouveau :


Sondage
Allez-vous aux "Rosaires pour la Vie" ?
 
oui
oui, rarement
non
Résultats
Infos depuis le 1/10/05
Ecrire à webmaster  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander

Visites
  visiteurs

  visiteurs en ligne

Radios et TV catholiques (suite)

introduction

Et les rédacteurs de l'Univers des Familles Chrétiennes ont transmis une façon de faire, qui se retrouvera dans les programmes radio et télé et sur minitel (3615 FRT), comme sur http://www.lunivers.info.

En effet :

  • il s'agit d'abord de médias généralistes, traitant de toute l'actualité, mais mettant l'accent sur l'actualité engagée dans le sens du bien: le mal étant défini, ils ne s'appesantissent pas à en ressasser les différentes facettes, mais bien plutôt à souligner ce qui se fait de bien dans la "résistance", dans la "maintenance". Et la CNFC d'origine suscita même un C.N.M., un Conseil National de la Maintenance, pour ne pas reprendre le terme de la dernière guerre : C.N.R, Conseil National de la Résistance. Ce C.N.M. comportait des représentants d'associations venant de l'extérieur de la nébuleuse propre à la C.N.F.C. Une super nébuleuse qui vécut ce que peuvent vivre de telles choses dans un pays à l'esprit encore "gaulois" et payant le prix de la double polarisation politique et religieuse.
  • Ces médias seront donc des organes de combat, privilégiant le reportage, en priorité pour les actions des "amis". Toujours cet aspect positif.

L'Univers des Familles Chrétiennes (U.F.C), média écrit, avait plus ou moins de place pour traiter de tout, mais on peut se rendre compte de son esprit généraliste, et de l'histoire politique et religieuse de l'époque en allant dans les archives sur http://www.lunivers.info
Les paroles (des radios et TV) s'envolent, mais les écrits du journal restent grâce à sa collection et à son enregistrement sur le site. Ils sont à la disposition des historiens.
On verra l'avènement de Jean-Paul II et l'enthousiasme de l'Univers des Familles Chrétiennes, qui lui consacre un numéro (n° 31, du 13 mai 1980), en titrant d'une façon prémonitoire : "Le Pape de la Paix, par la conversion de la Russie ?" (consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, en union avec les évêques du monde entier, en suite au "message de Fatima").
On verra la campagne présidentielle de 1981 du Candidat Catholique, Gilbert Grelin.
On verra les pèlerinages réparateurs des péchés publics de la France, depuis 1973, mais aussi des articles sur le Sida ou sur des livres, des expositions, etc. avec toujours en toile de fond: le combat pour le respect de la vie humaine, face à la "culture de mort".

Radio Dauphiné-Vivarais (RDV)
On se souvient des reportages du Rallye de Monté-Carlo, sponsorisés par Lancia-France, que RDV rediffusait par satellite sur une cinquantaine de radios libres regroupées dans une centrale de radios : France-Radio-Télé.
De même, lors de reportages de matches de foot ou de rugby ou d'animations commerciales (vers mi 1988) avec le car podium de France-Radio-Télé.
Mais il y eut aussi des Messes radiodiffusées, comme celle de minuit à la Noël 1982 (cf UFC N°58), depuis le sanctuaire St Joseph du St Sauveur, l'église construite par les Croisés du Sacré Coeur à la suite d'un vœu, en 1974, pour le "rétablissement des Droits de Dieu sur la France" et donc le rejet des lois attentant au caractère sacré de la vie humaine.

Le programme de Radio Dauphiné-Vivarais fut typique :

  • de 6 à 7 : réveil spirituel, (par le Dr Doublier-Villette)
  • de 7 à 8 : informations générales illustrées musicalement avec humour (toujours par le Docteur Doublier- Villette)
  • de 9 à 11 : variétés françaises entrecoupées d'annonces commerciales locales et de reportages en direct de la région (en arts, sport, religion, etc), (par une équipe dirigée par Mme Doublier-Villette)
  • de 11 à 12 : émission de jazz,
  • à midi : l'angélus, franchement, souvent en faisant passer des enregistrements de cloches des églises de la région, puis nouvelles informations générales,
  • jusqu'à 14h : l'invité du jour, en direct (toute l'actualité),
  • de 14 à 17 : variétés françaises et étrangères entrecoupées de reportages régionaux en direct,
  • de 17 à 19 : le hit parade, entrecoupé par l'Angélus de 18h, ce qui ne choquait personne. L'audience était énorme et battait celle de toutes les radios de la région ! (grâce à Kamel Mansour et Jean Fayard).
  • de 19 à 21 : musique classique,
  • de 21 à 23 : la fameuse "soirée au coin du feu" (une immense cheminée dans le studio) avec en général des invités politiques, de toutes tendances et qui firent la "fortune" de Radio Dauphiné-Vivarais, dès ses débuts, comme nous le verrons plus loin,
  • puis, toute la nuit, animation en direct, en passant les disques demandés par les auditeurs.
A son heure de gloire, Radio Dauphiné-Vivarais, émettait sur 100 km, avait 80 animateurs dont une demi-douzaine de salariés et un commercial!

 

Comment s'est créée Radio Dauphiné-Vivarais puis son réseau de radios et télés avec leur centrale d'achat et de productions : France-Radio-Télé, doté en 1989 (cf n°102 du 2909/89 de l'UFC), d'un serveur minitel : 3615 FRT, (aujourd'hui fermé) ?

De façon fortuite :
En 1982 : M. Georges Filloud était maire de Romans, député, socialiste, Ministre de la communication de Mitterrand.
C'était le tout début des radios libres, pirates faute de reconnaissance ministérielle par M. Filloud.
Le Dr Doublier-Villette était médecin à Romans, et avec des amis, il créa un journal mural, La Gazette du Canton, qui dénonçait la politique locale et nationale de M. Filloud et suscitait un "Comité de salut Public romanais", qui titrait dans le journal mural : "Romanaises, Romanais, c'en est assez de M. Filloud". Tout cela est dans les archives de http://www.lunivers.info (boîte "rubrique", sous-boîte "docs : revue lunivers")
Cela plut à des politiciens (tendance C.N.I de M. Malaud) qui proposèrent au Dr et à Madame Doublier-Villette de créer une radio libre, forcément pirate, chez eux (une grande maison dans la campagne romanaise à Peyrins).
C'était à la veille des élections cantonales.
Ils débutèrent avec un émetteur de 50 watts, avec une simple antenne sur le toit de la maison.
Plus tard, ils passèrent à 1 kW et un relais au sommet du plateau de Vercors ce qui leur donna une couverture sur 100 km de rayon, en attendant les relais avec d'autres radios libres.
Ils commencèrent avec une cinquantaine de disques mais la population se prit au "jeu" et amena ses disques.
Tout de suite commencèrent les fameuses "soirées au coin du feu" avec des invités de marque venus de Paris pour préparer les élections cantonales.
Pour rester objectif, le Dr Doublier-Villette invita le Ministre Filloud à ces soirées, pour débattre avec les personnalités. Le slogan de M. Filioud, ministre de la Communication, était alors d'être un "homme de dialogue". Il ne vint jamais, arguant toujours d'excuses plausibles, mais qui détruisirent son image de marque. Et M. Filloud fut battu aux élections cantonales au profit du C.N.I Georges Durant, fils du Maire de Bourg de Péage, la ville voisine de Romans, concurrente de Romans. (pour la petite histoire : depuis, le Front National a fait élire un socialiste à Bourg de Péage).

Cela attira la presse à Romans et à la Radio. On se rappelle la visite de Cabu, et de ses pleines pages de dessins des animateurs, dans Libération, titrant : "Une radio libre renverse le Ministre de la Communication"... car son échec aux cantonales, avait valu à M. Filloud la perte de son ministère ! Cabu, bien qu'agnostique, avait beaucoup de sympathie pour cette radio libre catholique qui avait renversé Georges Filloud. Celui-ci n'avait pas que des amis à gauche !
N'oublions pas que la radio était encore pirate. Ce n'est que quelques mois plus tard qu'elle reçut l'autorisation d'émettre avec une augmentation de puissance et une fréquence attribuée par la haute autorité.

Les années qui suivirent furent des années d'enthousiasme, qui aboutirent à la création de la centrale France Radio-Télé, créée le 15 août 1983, pour les actions commerciales et l'achat de matériel, car la radio gagnait sa vie, même si des donateurs continuaient à l'aider, via la centrale, qui se dotera, en janvier 1987 d'un serveur minitel 3615 FRT.
Dès 1983, le nom de la centrale prouve que l'on pense déjà "télé". Il faudra deux ans pour s'y préparer.

Et les épreuves, liées au succès, commencèrent :

  • dès la fin 1982, la Commission Paritaire de Presse limitait à 2 000 exemplaires les envois à tarif réduit de l'Univers des Familles Chrétiennes (cf n° 56 du 13 nov. 1982). Il fallait affranchir au tarif normal les exemplaires supplémentaires;
  • novembre 1982, il fallut rééditer le n°56 et le renvoyer, numéroté en 57, car la Poste avait "égaré" le n°56. De même pour les N° 58 et 59. Cela n'empêcha pas de radiodiffuser la Messe de minuit, le 24 décembre 1982, au sanctuaire "pro-vie", en cours de construction par les Croisés du Sacré Cœur et dédié à St Joseph du St Sauveur, à quelques kilomètres de Romans;
  • 1983, l'évènement marquant fut les reportages radio et presse écrite, du pèlerinage des Croisés du Sacré Cœur à Lyon pour le 8 décembre1983 : ils avaient relancé, en 1981 (cf n°49 - 6 janvier 1982 de l'UFC), au milieu d'une foule hostile, le pèlerinage à Notre-Dame de Fourvière, abandonné par la hiérarchie pour des raisons de sécurité. Il fallut que les Croisés du Sacré Cœur reviennent plusieurs années de suite, appuyés par les reportages, pour que ce pèlerinage soit repris officiellement par l'archevêché, les paroisses et la Ville de Lyon qui a fait de la "Fête de la Lumière"... la fête "des" lumières ! Le politique confronté à la Foi, la prière et l'action réagissent de différentes façons !
  • à partir du n° 65, (25 mars 1983) le journal, mensuel, étant étranglé financièrement, diminue son tirage, sa présentation devient très pauvre et sa parution s'espace. Il s'arrête avec le n° 114 du 2 février 1991.
  • Mais, sans le qualificatif "des familles chrétiennes", un "Univers" renaît le 1er janvier 1994 : c'est la troisième série sous ce titre depuis Louis Veuillot. (l'Univers "des familles chrétiennes" étant la 2ème série).
    La direction de cette 3ème série de L'Univers n'a pas la prétention d'en faire un "grand" journal" : l'époque est passée, même pour les "grands" journaux disposant de la finance internationale. Alors, les "petits" doivent apprendre à ne pas gaspiller le peu qu'ils ont afin d'investir autrement et continuer à défendre leurs idées (voir plus loin: le renouveau).
    C'est une simple question d'esprit missionnaire : sortir des ghettos d'amis convaincus et peu importe le moyen. Et, avec le recul du temps tout se passe comme si les responsables se sont adaptés aux difficultés, sans s'acharner à maintenir ce que le Pouvoir attaque et qu'ils ne peuvent défendre. On le reverra tout au long de cette épopée de RDV; ce point est comme un fil conducteur.

  • Fin 1985 : Radio Dauphiné-Vivarais est à son apogée et lance une Télé pirate. On est à la veille des élections présidentielles et l'on peut penser à la possibilité de "forcer la main" du pouvoir comme en 1982, au temps des radios pirates. C'est un succès technique, d'audience et donc commercial (l'inauguration se fait en direct depuis les magasins But de Romans!)... L'antenne est au sommet de la colline, son émetteur dans une caravane prête à prendre la fuite. Canal 5 en VHF. La technique de la télé est installée dans une grange contiguë à la maison des Doublier-Villette: c'est le "studio 2", et le "studio 1", où l'on reçoit les invités, est commun à la radio et à la télé.
  •  

    Il faut se rappeler les hits parade (par Jean Fayard et Kamel Mansour) diffusés alors simultanément en radio et en télé, comme les spectacles et expositions organisés dans le "studio 1": la grande pièce, ancien salon des Doublier-Villette avec la grande cheminée. Les "soirées au coin du feu" continuent après le journal de 19h.
    Un concours équestre (un derby) a même été retransmis en simultané, en radio et en télé, grâce au voisinage des Scouts et Guides Equestres dans la propriété.
    Quand à la météo, les images venaient de télévisions italiennes ou suisses... et elles étaient commentées en direct depuis le studio!
    Les films ou matches des soirées venaient de chaînes, comme TV5 ou Sky... issues des satellites, après propositions sur la radio et choix téléphoné par les auditeurs.
    Et c'est le changement de nom : on parle de Radio-Télé-Dauphiné-Vivarais (la partie radio étant légale et la partie télé non).

    Mais, le pouvoir envoie la gendarmerie le 27 avril 1985 : la colline de la propriété est cernée par une trentaine de gendarmes, mitraillette au poing, qui gravissent la colline comme un piton en Kabylie, et saisissent l'émetteur dans sa caravane. Ils ne peuvent rien faire au "studio 2", propriété de la radio, qui, elle, est légale.
    L'association rachète un deuxième émetteur, moins puissant, le 8 décembre 1985. Elle émet, non plus en direct, mais en différé, depuis une voiture, changeant de place, tantôt dans le Vercors, tantôt en Ardèche. Chaque émission, brève, était annoncée à la radio ! Un vrai jeu de cache-cache avec la gendarmerie qui n'attrapera jamais ce 2ème émetteur et qui réjouira les auditeurs et téléspectateurs. Et, de guerre lasse, le pouvoir laissera émettre en fixe depuis les studios.
    L'émetteur saisi est récupéré en novembre 1987 mais il n'aura pas le temps de refonctionner car la foudre tombe sur le studio télé (studio 2) et détruit presque tout le matériel. C'est trop cher à réparer, relativement aux finances disponibles, et l'expérience télé se termine, d'autant que Télé Riviera (d'un appartement à Monaco) n'aboutira pas et que Télé Alsace n'a pas, faute d'argent, un émetteur assez puissant. Télé Alsace n'a fonctionné que quelques jours depuis le 2 février 1986.

TV Strasbourg : 2 février 1986 soutenue par Radio Télé Alsace (RTA)

Et, dans les milieux catho, nationaux et pro-vie, on ne comprend pas l'intérêt de soutenir ces initiatives médiatiques et les divisions "gauloises" sont fortes... d'autant plus que la C.N.F.C. et sa nébuleuse refusent la double polarisation politique et religieuse autour de Le Pen et de Mgr Lefebvre. Ce système de radios et télés était vraiment libre... même de ses "amis". Cela le perdra.

En juin 1985, L'Univers des Familles Chrétiennes reprend la suggestion de M. Van Houtte (Vox Vitae, en Belgique) de lancer des "obligations" pour trouver un financement, mais sans succès car les autorisations pour quelques télés libres catholiques sont refusées par le CSA, bien que le Dr Doublier-Villette ait été reçu par le C.S.A pour défendre publiquement leurs dossiers, normalement constitués. Cela découragea bien des gens. L'époque des "pirates" était passée et on ressentait le besoin de "s'assagir".

C'est alors, qu'en 1990, intervient un contrôle fiscal de la centrale "France-Radio-Télé" : le contrôleur ne décela aucune irrégularité sur le plan employeur et sur les plans commercial et fiscal.
Mais les "dons" n'étaient pas déclarés comme imposables. Il aurait fallu déclarer les dons comme des "cotisations" et non des "dons". Les dons sont parait-il imposables et les cotisations, non!
Le redressement fiscal, aurait pu, peut-être, être payé en s'adressant à nouveau aux "cotisants". Mais "on" aurait certainement trouvé autre chose, car le contrôleur l'avoua en privé : son but était d'obtenir la dissolution de la centrale. Ce qui fut fait et le matériel fut mis en vente aux enchères ce qui ne paya qu'une toute petite partie du redressement fiscal. Il n'y eut pas d'autres suites. C'était bien le but.

 

Et les radios de la centrale France Radio-Télé ?

La plupart moururent de morts "douces", par désaffection de leurs directions, qui vendirent leur fréquence à des réseaux. Elles n'étaient d'ailleurs pas militantes, mais surtout intéressées par les prestations de la centrale, notamment pour les reportages sportifs de Radio Dauphiné Vivarais envoyés par satellite et, lors de la dissolution de la centrale France-Radio-Télé, elles se sont retrouvées seules. D'autres, très militantes, eurent d'autres fins :

  • Radio Riviera, 94,2 MHz, a commencé vers début 1996 depuis l'Italie sur 106,1 MHz, puis sur un voilier et s'est installée enfin sur la moyenne corniche, au-dessus de Monaco, dans un appartement privé. Elle s'arrêta, en été 1996 par suite de difficultés financières et d'animateurs.
  • Radio Chouette à Rouen, sur 102,5 MHz arrêta ses émissions l'été 1996.
  • Radio du Sacré Cœur, à Melun-Fontainebleau sur 95,4 MHz, perdit sa fréquence qui fut attribuée par le C.S.A à une radio "beur" sous prétexte, avoué, "qu'une radio catholique ne pouvait pas avoir d'audience supérieure à celle des beurs". On revit aujourd'hui, en 2005-2006, le même problème pour KTO, la chaîne de télé catholique, alors que le CSA accepte depuis 2005 une télé dédiée aux homosexuels ! Deux poids et deux mesures.
  • Et Radio Dauphiné Vivarais, (91,2 MHz en février 1982; puis 94,2 en mars 1982; puis 102,3 puis 104,8), au cœur du système monté empiriquement et sans financement solide, ne dépendait que de son commerce avec les annonceurs et de ses adhérents, déclarés alors en "cotisants".

 Elle subit différentes sortes d'attaques :

  • des brouillages par d'autres radios, mais, en augmentant sa puissance, RDV résolut le problème,

  • dès avril 1982, donc peu après sa création et sa montée en puissance avec "l'affaire Filloud", deux pompiers de Romans mirent le feu à l'émetteur et à la voiture du Dr Doublier-Villette. Ils furent arrêtés au moment où, de retour à Romans, ils incendiaient le véhicule de l'assureur du Docteur. C'étaient deux animateurs racistes de la radio, qui s'opposaient aux excellentes émissions de Kamel Mansour. Le Docteur avait renvoyé ces deux animateurs pour avoir tiré des coups de feu sur des "bruits" qu'ils entendaient, la nuit, dans les bois de la propriété. Ils étaient allé jusqu'à se blesser légèrement l'un l'autre pour faire croire qu'ils avaient été attaqués! En fait, ils voulaient faire croire que les "arabes" de Romans attaquaient la radio suite à l'incendie de la mosquée de Romans. Ce n'était que de la provocation, dans laquelle le docteur n'est pas tombé, mais on n'a jamais su qui les commanditait... "à droite", où ils "grenouillaient". La justice a étouffé l'affaire en condamnant les deux "jeunes" sans chercher plus loin,
  • le 29 septembre 1989 : vandalisme : 100 000 F de dégâts sur l'émetteur sans trouver les coupables,
  • en 1990, la famille Doublier-Villette déménageait dans le Vercors : la radio suivit dans de nouveaux locaux, avec l'accord du C.S.A, en changeant de site pour son antenne et de nom : elle devint Radio de la Jeunesse Européenne (R.J.E), sur 104,8 MHz, mais, au renouvellement de fréquence suivant, début 1996, le C.S.A refusa d'agréer R.J.E et ce sans motif : il se garda bien de renouveler le motif invoqué pour Radio du Sacré Cœur. Sa fréquence ne fut d'ailleurs pas attribuée à une radio "beur", mais à un réseau. Le Docteur tenta en vain de forcer les portes du C.S.A. mais on refusa de le recevoir. Les lettres recommandées restèrent sans réponse.

Le Docteur acheta donc un 4X4 pour recommencer les opérations pirates itinérantes, comme du temps de Télé Dauphiné-Vivarais, mais un accident l'immobilisa. La radio fut dissoute.

Ainsi finit l'épopée de Radio Dauphiné-Vivarais.

 

renaissance ?

Date de création : 16/01/2005 00:00
Dernière modification : 04/02/2006 23:14
Catégorie : Medias


Prévisualiser la page Prévisualiser la page    Imprimer la page Imprimer la page

Autres articles de la rubrique

Calendrier

Associations amies, merci de ne pas prévoir des événements en même temps que les autres.

Ephéméride
mercredi
04
janvier 2012

Aujourd'hui :
Saint Odilon

Bulletin réinformation
Librairie
Vitraux


Cliquer sur l’image pour l’ouvrir

Albums photos
Orphelinat des Saints Innocents Sanctuaire "provie" Sanctuaire de Tarnoviec
Cartes postales

Envoyez une carte postale

Liens proches
Préférences

 Nombre de membres 39 rédacteurs


Utilisateurs en ligne

( personne )
Affiliés

Ajouter votre pub
affiliez-vous

^ Haut ^


Mentions légales : Détail des mentions
Nous déconseillons fortement l'emploi des logiciels Microsoft en raison du financement des programmes internationaux d'avortement et de contrôle des naissances par Bill Gates. L'utilisation de Firefox comme remplaçant d'Internet Explorer est équivalent sans les failles : http://www.mozilla-europe.org/fr/

SharK   (c) 2005

Document généré en 0.37 seconde

Sitemap