Page en cours de chargement

Navigation
Flash !
Interview du Dr Doublier-Villette

par Frank Abed sur Gloria – TV :

Le rayonnement du sanctuaire pro-vie en France et dans le monde. VOIR :

http://fr.gloria.tv/?media=189731

Rubriques
 +  Bioéthique &téléthon
 +  Docs : Autre
 +  Docs : L'Univers - LISTE
 +  Docs : Mgr Bouchex
 +  Docs : Mgr Fort
 +  Docs : Papes
 +  Documents
 +  Dossiers thématiques
 +  Information
 +  Liens
 +  Medias
 +  Paix liturgique
 +  Persécutions Anti-Chrétiennes
 +  Reportages
 +  Site
Brèves
Information
Recherche




Un don à l'Univers
NewsLetter

Votre courriel :

Votre courriel à nouveau :


Sondage
Allez-vous aux "Rosaires pour la Vie" ?
 
oui
oui, rarement
non
Résultats
Infos depuis le 1/10/05
Ecrire à webmaster  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander

Visites
  visiteurs

  visiteurs en ligne

Censure, exclusion et VICTOIRE des provie à Grenoble

Opposition à la Conférence de Frère Thérond

Organisée par « Connaître et Transmette » à Grenoble

 

Avant-hier 5 octobre à 20h30, était prévue une conférence du Frère Thérond, de l'association SOS la Vie, à la Maison des Associations de Grenoble.

Lorsque les organisateurs de l'association « Connaître et Transmettre » sont arrivés avec Frère Thérond et son matériel vers 19h20 à la maison des associations, la directrice leur a fait savoir que l'accès nous était refusé car nous avions « réservé pour une Assemblée Générale de Connaître et Transmettre » et qu'il s'agissait d'une conférence. Assemblée générale ??? et non conférence ? Ils sont tombés du ciel !!!

Et la directrice montra le tract annonçant la conférence, qui avait été diffusé lors de quelques sorties de messes, et déposé à la Maison Diocésaine, ainsi qu'à « La Source », une centre de documentation œcuménique. Lorsque les amis de Frère Thérond lui ont demandé le nom du responsable qui avait pris cette décision, elle a refusé dans un premier temps de le donner, puis a nommé l'adjoint en charge de la culture. Plus tard, elle a ajouté que le sujet de la conférence n'avait « pas été mentionné » lors de la réservation.

Les responsables pro-vie ont donc attendu dans le hall la personne qui avait fait la réservation. Puis sont arrivés des policiers, un inspecteur et un commissaire qui a parlé avec la directrice. Aux explications demandées par les pro-vie, on répondit qu'il y avait « risque de trouble de l'ordre public » et que la salle ne sera pas ouverte. Devant la Maison des Associations, se trouvaient en effet quelques opposants envoyés par le Planning et prêts à l'action.

Puis on a demandé aux pro-vie d'attendre dehors, la maison fermant à 19h. Ils sont sortis vers 19h45. L'accès à l'intérieur nous était interdit par la police municipale pendant que les opposants, eux, contrairement aux pro-vie, pouvaient entrer et sortir à loisir de la Maison des Associations. La question a commencé a se poser : Les responsables de la Maison des associations étaient-ils ceux qui avaient prévu un comité d'accueil avec police et militants du Planning ?

Ensuite nos opposants ont commencé à tourner autour de nous et à essayer d'écouter ce que nous disions, s'enhardissant à se rapprocher de plus en plus de nous au fur et à mesure qu'ils devenaient plus nombreux. L'inspecteur est venu voir un des accompagnateurs du Frère Thérond et lui a demandé si c'était bien lui qui était à la manifestation devant l'église Saint-Louis du 15 janvier (ça a dû les marquer).

Puis la responsable chargée de la réservation de la salle est arrivée, et a confirmé qu'elle avait bien réservé pour une conférence et non pour une assemblée générale, et que jamais la mairie de Grenoble ne lui avait demandé le sujet d'une conférence lors des réservations précédentes qu'elle avait pu faire. La confirmation écrite existe. Mensonges, donc, que « Connaître et Transmettre » domiciliée sur la commune, avait « prétendu réserver pour une A.G. »

Comme la Maison des Associations et les autorités compétentes avaient nos coordonnées, ils pouvaient nous dire longtemps à l'avance que nous ne pourrions pas avoir la salle. Nous laisser venir pour nous dire non moins d'une heure avant la conférence était donc  bien un piège visant à nous interdire tout droit à l'expression non « politiquement correcte » !

A nous maintenant de faire savoir que

la mairie de Grenoble pratique la censure et l'exclusion.

La deuxième manière de nous exclure a aussi été, pour la municipalité grenobloise, de ne surtout pas envoyer le nombre de policiers suffisant pour disperser 25 brailleurs manifestant sans autorisation, mais de fermer la salle au dernier moment au nez de ceux qui l'avaient réservée depuis des semaines et d'un conférencier de 84 ans venu spécialement de l'Ardèche pour cette occasion.

Pour une municipalité, agir de la sorte est très courageux, comme chacun le sait, et surtout, tellement plus démocratique : au pays des droits de l'homme, tous sont égaux et ont droit à la liberté d'expression, mais certains sont plus égaux que d'autres. Ces plus égaux que d'autres peuvent donc improviser une manifestation de dernière minute sans aucune autorisation pour faire interdire l'accès à une salle réservée de manière régulière et depuis longtemps. (Cette improvisation de dernière minute m'a été confirmée par un jeune opposant qui m'a dit avoir été appelé le soir même).

Prétextant le « risque de trouble à l'ordre public » ils ont fait la joie de ceux qui l'ont organisé, puisque j'ai entendu une jeune opposante déclarer « Pour une fois, la Mairie de Grenoble fait quelque chose de bien ». Puis elle est allée s'égosiller avec les autres. Nous avons eu droit aux slogans habituels « pour l'avortement, on s'est battu, on se battra » ; « avortement, droit des femmes » ; même au très élégant « a bas la calotte, vive la capote » (qui ne doit pas être si efficace que ça, s'il on a besoin d'aller se faire avorter ensuite lorsqu'on ne veut pas d'enfant). Nous les avons laisser se fatiguer à crier en gardant notre calme.

Un point positif : lorsqu'ils en ont eu assez de crier, quelques jeunes sont venus nous poser des questions, curieux de savoir comment on pouvait être contre l'avortement. D'autant plus, sans doute, que beaucoup de jeunes se trouvaient parmi nous aussi. Ca a dû les intriguer. Assez agressifs au départ, le ton est devenu plus calme au bout d'un moment. Pendant quelques minutes, des échanges dignes de ce nom ont pu avoir lieu et nous avons pu argumenter. On aurait pu continuer, si leurs responsables, des professionnels de la pagaïe, n'avaient relancé leurs slogans avec agressivité.

Heureusement, un lieu privé a pu être trouvé. On commença à faire passer la nouvelle adresse discrètement. Nos responsables nous ont enjoints de la rallier par différents chemins, comme si nous nous dispersions (la police nous le demandait depuis un moment). Nous y sommes allés par petits groupes, certains en voiture, d'autres à pied.. Lorsque tous furent entrés dans la salle, nous étions près d'une centaine. Dans ce havre, la conférence a pu se dérouler en paix ; mais il a été impossible de projeter les 2 films prévus, dont « le cri silencieux ».

Par contre nous avons pu voir des photos de la classe de l'année scolaire 1979 qui a fait prendre conscience au Frère Thérond de l'importance du problème de l'avortement pour les jeunes (15 d'entre eux avaient demandé que ce sujet soit traité lors de la catéchèse). C'est parmi ces élèves qu'il a recruté plus tard les premiers membres de SOS la Vie, qui en 25 ans, grâce à leur engagement (permanence téléphonique 24h sur 24h) ont sauvé des milliers de bébés.

Mais les bébés (dont certains sont des adultes aujourd'hui) ont aussi pu être sauvés grâce à la documentation mise au point par SOS la Vie. On a encore une fois la preuve de ce qu'on savait déjà : les femmes avortent beaucoup moins lorsqu'elles sont réellement informées au lieu d'être abreuvées de mensonges. C'est sans doute pour cette raison que les tenants de la culture de mort ont tout fait pour museler le Frère Thérond...

Les 12 manières de pratiquer l'avortement furent détaillées. Et de nouveaux livres ou fascicules pro-vie qui viennent de sortir on été présentés. Le Frère Thérond, comme le font tous les responsables défenseurs de la Vie, nous a également encouragés à ne pas juger ni condamner, mais à aider. Son témoignage fut très émouvant et fort. L'enthousiasme qu'il a provoqué nous a fait oublier l'absence de film.

Il ne nous reste plus, à notre tour, qu'à témoigner de la manière dont on musèle la vérité. Ecrire étant la seule manière de parler sans être interrompu par les brailleurs de slogans, le Dauphiné Libéré, la Police, la Mairie de Grenoble, le responsable de la Culture et quelques autres ont reçus divers messages... et en recevront encore.










Date de création : 06/12/2005 00:00
Dernière modification : 06/12/2005 18:07
Catégorie : Information


Prévisualiser la page Prévisualiser la page    Imprimer la page Imprimer la page

Autres articles de la rubrique

Calendrier

Associations amies, merci de ne pas prévoir des événements en même temps que les autres.

Ephéméride
mercredi
04
janvier 2012

Aujourd'hui :
Saint Odilon

Bulletin réinformation
Librairie
Vitraux


Cliquer sur l’image pour l’ouvrir

Albums photos
Orphelinat des Saints Innocents Sanctuaire "provie" Sanctuaire de Tarnoviec
Cartes postales

Envoyez une carte postale

Liens proches
Préférences

 Nombre de membres 39 rédacteurs


Utilisateurs en ligne

( personne )
Affiliés

http://spslyon.site.voila.fr

Ajouter votre pub
affiliez-vous

^ Haut ^


Mentions légales : Détail des mentions
Nous déconseillons fortement l'emploi des logiciels Microsoft en raison du financement des programmes internationaux d'avortement et de contrôle des naissances par Bill Gates. L'utilisation de Firefox comme remplaçant d'Internet Explorer est équivalent sans les failles : http://www.mozilla-europe.org/fr/

SharK   (c) 2005

Document généré en 0.41 seconde

Sitemap