Page en cours de chargement

Navigation
Flash !
Interview du Dr Doublier-Villette

par Frank Abed sur Gloria – TV :

Le rayonnement du sanctuaire pro-vie en France et dans le monde. VOIR :

http://fr.gloria.tv/?media=189731

Rubriques
 +  Bioéthique &téléthon
 +  Docs : Autre
 +  Docs : L'Univers - LISTE
 +  Docs : Mgr Bouchex
 +  Docs : Mgr Fort
 +  Docs : Papes
 +  Documents
 +  Dossiers thématiques
 +  Information
 +  Liens
 +  Medias
 +  Paix liturgique
 +  Persécutions Anti-Chrétiennes
 +  Reportages
 +  Site
Brèves
Information
Recherche




Un don à l'Univers
NewsLetter

Votre courriel :

Votre courriel à nouveau :


Sondage
Allez-vous aux "Rosaires pour la Vie" ?
 
oui
oui, rarement
non
Résultats
Infos depuis le 1/10/05
Ecrire à webmaster  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander

Visites
  visiteurs

  visiteurs en ligne

Homélie de l'Abbé de Trauchessec en la première cérémonie d'Adoption Spirituelle d'enfants en gestation

CHANTEMERLE-LES-BLES                        28/12/03

 

                LES SAINTS INNOCENTS

 

 

    En ce 28 décembre le dimanche de l'Octave de la Nativité l'emporte sur la fête des Saints Innocents habituellement célébrée à cette date.

 

    Toutefois en ce sanctuaire érigé en réparation du «crime abominable», selon les propres termes du Concile Oecuménique Vatican II (Constitution pastorale Gaudium et Spes n°51), pour désigner l'avortement, nous aurons à cœur, après être venus parfois de fort loin, de prier  d'une part pour les innocentes victimes et d'autre part de réparer pour les auteurs de leur mort.

 

    Il y a 30 ans, sous l'égide des Croisés du Sacré Cœur, de nombreux fidèles, réunis à cette même heure dans la basilique de Paray-le-Monial, entreprenaient la « longue marche réparatrice pour les péchés publics de la France » dont le terme est loin d'être atteint tant il reste à faire pour que les cœurs se convertissent et pour que la France, «Fille aînée de l'Eglise», redevienne fidèle aux promesses de son baptême.

 

    Lors d'une longue marche, il est bien que des étapes comme celle-ci permettent de reprendre son souffle, de faire le point pour aller de l'avant car «qui n'avance pas recule», «Duc in altum» «Avance au large» nous a dit le Saint Père au début du IIIeme millénaire.

 

    Que tous ceux et toutes celles qui ont répondu à l'invitation de se mettre en marche, il y a 30 ans comme tous ceux et toutes celles qui les ont rejoints depuis soient félicités !

 

    L'appel lancé au Bourget, 7 ans plus tard, par le Pape «France fille aînée de l'Eglise es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ?» ne doit-il pas nous inciter à poursuivre la route tant il reste à faire avant de pouvoir répondre oui à cette interrogation paternelle.

 

    En effet, depuis cet appel, maintes fois réitéré, la France est non seulement restée infidèle aux promesses de son baptême mais s'est encore éloignée davantage de celles-ci en promulguant des lois contraires aux 5e, 6e et 9e commandements de Dieu telles celles légalisant l'avortement et les moeurs contre nature.

    La perte de la foi entraîne inéluctablement la perte du sens moral. Un ancien archevêque de Paris (Cardinal Marty) a pu dire : «Ce qui est légal n'est pas nécessairement moral». Plus que jamais Méditons cette parole de Notre Seigneur Jésus-Christ : «Il faut  obéir à Dieu plutôt  qu'aux hommes» (Act. V, 29), parole à laquelle le Vicaire du Christ consacre plusieurs paragraphes dans l'encyclique «Evangelium vitae» (N° 68

  • 74).

 

    Honneur aux hommes de bonne volonté qui refusant de se faire complices de tels crimes se sont mobilisés pour prier et agir afin de tenter de leur faire échec et de réveiller une opinion publique endormie !

 

    Honneur aux fidèles, encore trop peu nombreux - hélas - qui chaque Premier Samedi du Mois participent au Rosaire pour la vie dans la plupart des cathédrales de France !

 

    Honneur à toutes celles et tous ceux qui, à l'appel de l'association S.O.S. tout petits, méditent publiquement le chapelet devant des maternités où se pratique l'avortement ou devant le siège de sectes ou d'associations qui le promeuvent !

 

    Honneur aux sauveteurs, comme le scandait la foule auprès du Palais de Justice de Lyon, il y a une dizaine d'années, qui ont donné un courageux témoignage en s'enchaînant et en priant dans les lieux où l'on donne la mort au lieu de la vie afin de faire prendre conscience de la gravité des actes qui s'y commettent !

 

    Honneur aux personnes qui à travers le monde participent aux Marches pour la Vie ! Puisse celle qui se déroule à Paris, chaque année durant le mois du Rosaire, réunir à l'avenir un plus grand nombre de participants qui, le chapelet à la main, partent désormais de la basilique Notre Dame des Victoires à celle du Sacré-Cœur.

 

Ces marcheurs seraient heureux de recevoir non seulement des encouragements de membres de la hiérarchie, comme ce fut le cas cette année, mais d'en compter parmi eux, comme il s'en trouve de nombreux et de diverses confessions lors de la Marche annuelle à Washington. «N'ayez pas peur» nous disait Sa Sainteté Jean-Paul II, lors de la messe inaugurale de son pontificat, il a 25 ans.

 

    Ces initiatives, parmi d'autres, témoignent d'une saine réaction qu'il faut amplifier si nous ne voulons pas que la «culture de mort» l'emporte sur la "culture de vie". Certes nous avons à livrer le combat de David contre Goliath mais ne désespérons pas car à la fin la vie triomphera de la mort. En son temps Sainte Jeanne d'Arc ne disait-elle pas : «Les gens d'armes batailleront et Dieu donnera la victoire». Autrement dit «aide toi et le Ciel t'aidera».

 

    Que les paroles de la Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta nous stimulent ! «Un peuple qui tue ses enfants n'a pas d'avenir».

 

    Pour nous guider au milieu des difficultés actuelles le Souverain Pontife a publié, il y a plus de 8 ans, la remarquable lettre encyclique « Evangelium vitae»  «L'Evangile de la vie». L'avons nous tous lue ? L'avons-nous tous relue ? L'avons nous fait connaître ?

 

    Cette lettre encyclique ne doit pas rester lettre morte mais bien au contraire guider nos comportements et se traduire dans l'action que nous devons mener en faveur du respect de la vie tant à son commencement qu'à son terme.

 

    Ensemble relisons quelques passages d'une grande actualité :

 

    «L'avortement et l'euthanasie sont donc des crimes qu'aucune loi humaine ne peut prétendre légitimer. Des lois de cette nature, non seulement ne créent aucune obligation pour la conscience, mais elles entraînent une obligation grave et précise de s'y opposer par l'objection de conscience. Dès les origines de l'Eglise, la prédication apostolique a enseigné aux chrétiens le devoir d'obéir aux pouvoirs publics légitiment constitués. (Rm XIII, 1-7 ;1P II,13-14) mais elle a donné en même temps le ferme avertissement qu'«il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes» (Ac V, 29). Dans l'Ancien Testament déjà, précisément au sujet des menaces contre la vie, nous trouvons un exemple significatif de résistance à un ordre injuste de l'autorité. Les sages-femmes des Hébreux s'opposèrent au pharaon, qui avait ordonné de faire mourir tout nouveau-né de sexe masculin : «Elles ne firent pas ce que leur avait dit le roi d'Egypte et laissèrent vivre les garçons». (Ex. I, 17). Mais il faut bien voir le motif profond de leur comportement : «Les sages-femmes craignirent Dieu» (ibid). Il n'y a que l'obéissance à Dieu - auquel seul est due la crainte qui constitue la reconnaissance de son absolue souveraineté - pour faire naître la force et le courage de ceux qui sont prêts même à aller en prison ou à être tués par l'épée, dans la certitude que cela « fonde l'endurance et la confiance des saints» (Ap XIII, 10).

 

    (N'oublions pas qu'il y a une dizaine d'années  les sauveteurs, évoqués précédemment, ont été condamnés à de grosses amendes que l'Etat a saisi sur leurs comptes et à plusieurs mois de prison avec sursis pour avoir préféré la loi divine à la loi civile...)

 

    Dans le cas d'une loi intrinsèquement injuste, comme celle qui admet l'avortement ou l'euthanasie, il n'est donc jamais licite de s'y conformer, «ni -(de) participer à une campagne d'opinion en faveur d'une telle loi, ni de donner à celle-ci son suffrage».

 

    Un problème de conscience particulier pourrait se poser dans le cas où un vote parlementaire se révélerait déterminant pour favoriser une loi plus restrictive, c'est à dire destinée à restreindre le nombre des avor- tements autorisés, pour remplacer une loi plus permissive déjà en vigueur ou mise aux voix. De tels cas ne sont pas rares. En effet, on observe le fait que, dans certaines régions du monde les campagnes se poursuivent pour introduire des lois favorables à l'avortement, soutenues bien souvent par de puissantes organisations internationales, dans d'autres pays au contraire - notamment dans ceux qui ont déjà fait l'expérience amère de telles législations permissives - se manifestent les signes d'une nouvelle réflexion. Dans le cas ici supposé, il est évident que, lorsqu'il ne serait pas possible d'éviter ou d'abroger complètement  une loi permettant l'avortement, un parlementaire, dont l'opposition personnelle absolue à l'avortement serait manifeste et connue de tous, pourrait licitement apporter son soutien à des propositions destinées à limiter les préjudices d'une telle loi et à en diminuer ainsi les effets négatifs sur le plan de la culture et de la moralité publique. Agissant ainsi, en effet, on n'apporte pas une collaboration illicite à une loi inique : on accomplit plutôt une tentative légitime, qui est un devoir, d'en limiter les aspects injustes.» § 73

 

    En France nous avons été témoins, ces dernières semaines, d'une telle tentative quand un parlementaire a déposé un projet d'amendement en faveur des interruptions involontaires de grossesses. Celui-ci n'a - hélas - pas fait long feu tant il a soulevé d'oppositions de la part de ceux qui craignaient plus de voir remis en cause la loi sur l'avortement que les comptes qu'ils auront à rendre à Dieu au soir de leur vie.

 

    Cet exemple pris dans l'actualité nous prouve que la longue marche entreprise il y a 30 ans est loin d'être terminée. Avec la grâce de Dieu, sollicitée dans la prière et dans les sacrements, pour ne pas se décourager mais toujours espérer, nous devons la poursuivre fidèlement et inviter beaucoup de fidèles à la rejoindre.

 

    Au moment où nous sommes invités à nous engager plus avant en adoptant spirituellement un enfant en gestation, relisons quelques extraits de la même encyclique sur les embryons qui sont aussi à l'ordre du jour des débats parlementaires :

    «L'évaluation morale de l'avortement est aussi à appliquer aux formes récentes d'intervention sur les embryons humains qui, bien que poursuivant des buts en soi légitimes, en comportent inévitablement le meurtre...

    Si «on doit considérer comme licites les interventions sur l'embryon humain, à condition qu'elles respectent la vie et l'intégrité de l'embryon et qu'elles ne comportent pas pour lui de risques disproportionnés, mais qu'elles visent à sa guérison, à l'amélioration des conditions de santé, où à sa survie individuelle», on doit au contraire affirmer que l'utilisation des embryons ou des fœtus humains comme objet d'expérimentation constitue un crime contre leur dignité d'êtres humains, qui ont droit à un respect égal à celui dû à l'enfant déjà né et à toute personne.» § 63

 

    Que ce court extrait du paragraphe sur l'embryon donne à chacun le désir de le lire intégralement pour connaître l'enseignement de l'Eglise sur ce sujet qui fait actuellement l'objet d'âpres discussions. A Saint Pierre et à ses successeurs Notre Seigneur a dit : «Qui vous écoute M'écoute, qui vous rejette Me rejette».

 

    L'adoption spirituelle des enfants à naître, pratiquée en Pologne depuis plus de 6 ans ne devrait-elle pas s'étendre rapidement à travers le monde pour la survie des enfants menacés d'avortement ? Il appartient à chacun de nous de faire connaître cette heureuse initiative.

 

    Au terme de cette homélie adressons à la Très Sainte Vierge Marie la belle prière qui conclut  l'encyclique Evangelium vitae :

 

    Ô Marie,

    aurore du monde nouveau,

    Mère des vivants,

    nous vous confions la cause de la vie :

     regardez, ô Mère, le nombre immense

    des enfants que l'on empêche de naître,

    des pauvres pour qui la vie est rendue difficile,

    des hommes et des femmes victimes

    d'une violence inhumaine,

    des vieillards et des malades tués par l'indifférence

    ou par une pitié fallacieuse.

    Faites que ceux qui croient en votre Fils

    sachent annoncer aux hommes de notre temps

    avec fermeté et amour

    l'Evangile de la vie.

    Obtenez-leur la grâce de l'accueillir

    comme un don toujours nouveau,

    la joie de le célébrer avec reconnaissance

    dans leur existence

    et le courage d'en témoigner

    avec une ténacité active, afin de construire,

    avec tous les hommes de bonne volonté,

    la civilisation de la vérité et de l'amour,

    à la louange et à la gloire de Dieu Créateur de la vie.

 

                                Ainsi soit-il

 

 

                    Abbé Gérard TRAUCHESSEC I.C.R.S.P.

 

 

    Evangelium vitae, L'Evangile de la Vie

Ed . Téqui 82 rue Bonaparte 75006 Paris

    Tél. :01 40 46 72 90      Fax : 01 40 46 72 93


Date de création : 28/12/2003 00:00
Dernière modification : 21/08/2005 14:57
Catégorie : Information


Prévisualiser la page Prévisualiser la page    Imprimer la page Imprimer la page

Autres articles de la rubrique

Calendrier

Associations amies, merci de ne pas prévoir des événements en même temps que les autres.

Ephéméride
mercredi
04
janvier 2012

Aujourd'hui :
Saint Odilon

Bulletin réinformation
Librairie
Vitraux


Cliquer sur l’image pour l’ouvrir

Albums photos
Orphelinat des Saints Innocents Sanctuaire "provie" Sanctuaire de Tarnoviec
Cartes postales

Envoyez une carte postale

Liens proches
Préférences

 Nombre de membres 39 rédacteurs


Utilisateurs en ligne

( personne )
Affiliés

http://spslyon.site.voila.fr

Ajouter votre pub
affiliez-vous

^ Haut ^


Mentions légales : Détail des mentions
Nous déconseillons fortement l'emploi des logiciels Microsoft en raison du financement des programmes internationaux d'avortement et de contrôle des naissances par Bill Gates. L'utilisation de Firefox comme remplaçant d'Internet Explorer est équivalent sans les failles : http://www.mozilla-europe.org/fr/

SharK   (c) 2005

Document généré en 0.5 seconde

Sitemap