Page en cours de chargement

* *
 
* *
Navigation
Flash !
Interview du Dr Doublier-Villette
par Frank Abed sur Gloria–TV :

Le rayonnement du sanctuaire pro-vie en France et dans le monde. VOIR :

http://fr.gloria.tv/?media=189731

Rubriques
 +  Bioéthique &téléthon
 +  Docs : Autre
 +  Docs : L'Univers - LISTE
 +  Docs : Mgr Bouchex
 +  Docs : Mgr Fort
 +  Docs : Papes
 +  Documents
 +  Dossiers thématiques
 +  Information
 +  Liens
 +  Medias
 +  Paix liturgique
 +  Persécutions Anti-Chrétiennes
 +  Reportages
 +  Site
Brèves
Recherche




Un don à l'Univers
NewsLetter

Votre courriel :

Votre courriel à nouveau :


Sondage
Allez-vous aux "Rosaires pour la Vie" ?
 
oui
oui, rarement
non
Résultats
Infos depuis le 1/10/05
Ecrire à webmaster  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander

Visites
  visiteurs

  visiteurs en ligne

Bulletin Religieux du Diocèse d'Avignon du 25 mai 2002

Bulletin Religieux du Diocèse d'Avignon du 25 mai 2002


Vers quelle éthique va notre société ?


 

   Le mot d'éthique est préféré aujourd'hui à celui de morale. Dans la morale, nos contemporains voient en général un ensemble d'interdits brimant la liberté. L'éthique est un mot nouveau qui fait plus moderne que celui de morale. Son contenu est encore flou et semble laisser une marge plus grande à l'interprétation individuelle. Il partage l'auréole dont bénéficient les recherches scientifiques et techniques. En  réalité les deux mots disent à peu près la même chose (cf. à ce sujet : J. L. BRUGUES, Dictionnaire de morale catholique). Même si elle voit d'un mauvais œil la morale, notre société, en parlant d'éthique, fait encore de la morale. Elle n'a même jamais autant parlé d'éthique, donc de morale. Il ne suffit pas de rejeter le mot de morale pour ne pas faire de morale. Il ne suffit même pas de dire qu'est permis aujourd'hui ce qui hier était interdit. Car dire cela, c'est encore de l'éthique, donc de la morale.

 

   Ce qui contribue au succès de l'éthique est l'usage qui en est fait dans ce dont il est beaucoup question aujourd'hui : la bioéthique. La bioéthique est l'éthique de la vie. Elle est l'éthique de la totalité de la vie humaine, de l'homme vivant tout entier, personnel et social, à toutes les étapes de son existence. En fait le mot est surtout appliqué aux domaines de la vie commençante et finissante : la contraception, l'avortement (dit IVG), la procréation médicalement assistée (PMA) ou l'assistance médicale à la procréation (AMP), les différents types de diagnostic (préimplantatoire,   prénatal, échographie), la recherche sur l'embryon, le clonage, l'euthanasie. Il est lié à la volonté de plus en plus affirmée de maîtriser la vie humaine à son stade finissant comme à son stade commençant.

 

   Quelles sont les caractéristiques de l'éthique telle que l'entend de plus en plus la société actuelle ? L'éthique qui tend à s'imposer dans la bioéthique nous indique assez bien les caractéristiques de l'éthique ou de la morale qui imprègne de plus en plus l'ensemble des comportements humains, personnels et sociaux ? Quelles sont donc ces caractéristiques ?

 

   Il s'agit de plus en plus d'une éthique sans transcendance, sécularisée, puisant ses critères, non plus en Dieu ou en un absolu dont dépendrait l'homme, mais en l'homme envisagé comme pleinement autonome, comme seule source et seule fin de l'agir humain.

   C'est dès lors une éthique qu'il devient difficile de fonder, car il n'y a plus de conception unanime de la personne humaine. Qui peut dire et imposer dans notre société laïque une conception unique de l'être humain ? A partir de quels fondements peut-on le faire? Même la Déclaration universelle des droits de l'homme n'y suffit pas. Car il faut savoir ce qu'est l'homme pour qu'une reconnaissance officielle des droits de l'homme soit autre chose qu'une signature apposée au bas d'une déclaration. Le comportement des nations est très significatif à cet égard : elles mettent sous les droits de l'homme des idées bien différentes. Il en est de même de l'attitude d'adolescents qui savent que tuer quelqu'un peut les mener en prison, mais qui ne savent pas que c'est un mal moral ni pourquoi c'est un mal. Le seul garant des droits de l'homme devient dans notre monde la force qui s'applique souvent en méprisant les droits de l'homme.

 

   Dès lors, nous avons à faire de plus en plus à une éthique procédurale, c'est-à-dire élaborée dans la discussion, le compromis et le consensus. Tel est le motif pour lequel prennent une place de plus en plus grande les comités d'éthique où l'on cherche à définir des comportements acceptables par tous. L'éthique devient une éthique dépendante des urnes. Elle ne relève plus des catégories du bien et du mal moral fixées selon des critères objectifs, mais d'une majorité s'exprimant dans une élection démocratique. Ce qui peut se faire et ce qui est interdit est fixé par un vote majoritaire au sein d'un comité puis d'un parlement, même si cette majorité est faible. Puisque le parlement a voté l'avortement à douze semaines et que l'assemblée a décidé que la recherche sur l'embryon pourra se faire, l'avortement à douze semaines et la recherche sur l'embryon deviennent légitimes. Le moral est fixé par le légal.

   Cette éthique ne peut être qu'une éthique en permanente évolution. Elle ne propose plus de repères définitifs, mais se plie aux fluctuations du temps. Ce qui était jugé mauvais hier peut être jugé bon aujourd'hui. Et inversement. Tout est donc possible, selon l'opinion dominante d'une assemblée, le changement des mœurs, les pressions exercées sur elle.

 

   Qu'est-ce qui détermine le vote des comités et du parlement ? De plus en plus, c'est, non pas une grande vision politique de l'homme et de la société, mais l'avis des experts, en particulier des scientifiques et des techniciens auxquels s'en remettent les hommes politiques, qui ne peuvent pas tout connaître et qui souvent n'ont pas une idée philosophique, - encore moins religieuse -, très précise de l'homme. Jamais nous ne dirons assez de bien de la science et de la technique mises au service de l'homme et de son bien. Que de reconnaissance nous devons aux chercheurs pour leurs réussites en bien des domaines !

 

   Mais grande est la tentation des chercheurs et des techniciens de se laisser séduire par l'exploit technique au prix de graves dégâts humains: ainsi les milliers d'embryons surnuméraires produits pour l'assistance médicale à la procréation ou les nombreux embryons parfaitement sains détruits lors de l'examen prénatal par prélèvement de liquide. Ils sont attirés par le prestige d'être les premiers à réaliser la prouesse dont on parlera, y compris pour certains d'être les premiers à   réaliser le clonage reproductif. Ils sont soumis aux enjeux financiers et à la concurrence économique que représentent les nouvelles découvertes: les cellules souches embryonnaires et leur commerce, le marché à venir des ovules féminins en vue du clonage thérapeutique.

 

   L'éthique devient alors de plus en plus une éthique de l'utilitarisme. Ce qui est déterminant dans la qualification éthique d'un comportement personnel ou social est son utilité pour les personnes ou la collectivité. Ainsi en est-il pour la recherche sur l'embryon, peut-être bientôt pour le clonage thérapeutique ou pour les dons d'organe qui risquent demain de n'être plus des dons, mais des prélèvements imposés.

   Comment empêcher que cette éthique devienne une éthique de l'individualisme catégoriel ou individuel, donc une éthique de l'irresponsabilité ? Une société dominée par l'utilitarisme ne peut qu'amener les individus à prendre en elle ce qui les arrange et à refuser ce qui les gêne. « Je fais ce que je veux. J'ai ma conscience pour moi. Ma conscience ne me reproche rien ». « Je suis libre d'user de mon ventre comme je veux », scandaient certaines manifestations pour l'avortement. « Je suis maître de ma vie et de ma mort ». Pourquoi ne pas détruire les biens personnels ou collectifs pour imposer ma volonté ? Il n'y a pas que des jeunes à faire cela ! Pour tout inconvénient subi, chacun cherche des responsables en dehors de lui ( dans la société, dans les institutions, dans les pouvoirs publics), et demande que lui soient versées des indemnités pour des dommages dont il est lui-même l'auteur.

 

   Cette éthique s'oriente vers une éthique du fait accompli. La loi légalise les comportements déjà adoptés ou souhaités par l'ensemble d'une population. Les barrières, devant encadrer une loi, sont franchies peu à peu dans la pratique, et une nouvelle loi vient légaliser ces franchissements. De la loi dépénalisant l'avortement en 1975, on est passé à un droit reconnu, remboursé, donnant droit à des indemnités s'il n'a pas pu avoir lieu (cf. le fameux arrêt Perruche), librement proposé par la  publicité, objet d'information comme tout autre événement.

 

   Une telle éthique en arrive peu à peu à être, sans que l'opinion s'en formalise et même s'en aperçoive, une éthique de la valeur graduée de l'être humain. Certains hommes sont jugés plus ou moins hommes que d'autres. Ils peuvent être utilisés pour le bien et le progrès d'autres hommes, comme c'est le cas par exemple dans la détermination du statut de l'embryon ou les projets concernant les recherches sur l'embryon. On en arrive à cette demande inquiétante d'un homme politique connu qui suggère que bientôt obligation soit faite aux parents et aux médecins de ne pas   laisser naître les enfants handicapés afin que leur vie ne pèse pas financièrement sur la société. Comment empêcher tel chercheur de considérer que certains êtres humains sont des « im-personnes », des « non-personnes », et même de dire qu'il n'y a pas de différence entre certains embryons humains et des embryons d'animaux ? Ce dernier exemple soulève l'indignation maintenant, mais jusqu'à quand ?

 

   L'éthique dans la bioéthique et dans l'ensemble de la vie sociale est de moins en moins une éthique fondée sur la dignité objective de l'être humain, reconnu comme une personne ayant valeur en elle-même (cf. Gaudium et Spes), créé à l'image de Dieu, sauvé par le Fils de Dieu devenu homme, appelé à être divinisé et fils de Dieu en lui, en un mot une éthique fondée sur l'homme voulu par Dieu, ayant une valeur indépendante du jugement que les autres hommes peuvent porter sur lui. Une telle dérive inquiète, non seulement l'ةglise catholique, mais beaucoup d'hommes.

 

   La disparition de plus en plus marquée de cette éthique fondée sur la dignité intrinsèque de l'être humain est à la base des prises de position de l'ةglise catholique sur les différentes orientations de la bioéthique et sur les dérives morales de la société. Elle a conscience qu'une telle éthique est en train d'envahir, non pas toutes les personnes, mais les mentalités et les comportements d'ensemble.

   C'est pourquoi, quand elle dit « non » à de telles dérives, c'est en fait un grand « oui » qu'à la face du monde elle proclame à l'homme, à la vie, à l'avenir, au bonheur, éternel certes, mais déjà temporel. Devons-nous désespérer ? Bien sûr que non ! Beaucoup de personnes et d'associations œuvrent pour la véritable dignité de l'homme. Beaucoup de parents, d'éducateurs, de responsables, travaillent à revaloriser la formation morale des consciences. Là est l'avenir de l'humanité.

 

   + Raymond BOUCHEX

   Archevêque d'Avignon


Date de création : 25/05/2002 00:00
Dernière modification : 03/12/2005 20:52
Catégorie : Docs : Mgr Bouchex


Prévisualiser la page Prévisualiser la page    Imprimer la page Imprimer la page

Autres articles de la rubrique
Calendrier

Associations amies, merci de ne pas prévoir des événements en même temps que les autres.

Ephéméride
samedi
28
janvier 2012

Aujourd'hui :
Saint Thomas d'Aquin

Bulletin réinformation
Librairie
Vitraux


Cliquer sur l’image pour l’ouvrir

Albums photos
Orphelinat des Saints Innocents Sanctuaire "provie" Sanctuaire de Tarnoviec
Cartes postales
Liens proches
Préférences

 Nombre de membres 40 rédacteurs


Utilisateurs en ligne

( personne )
Affiliés
^ Haut ^
* *

Mentions légales : Détail des mentions
Nous déconseillons fortement l'emploi des logiciels Microsoft en raison du financement des programmes internationaux d'avortement et de contrôle des naissances par Bill Gates. L'utilisation de Firefox comme remplaçant d'Internet Explorer est équivalent sans les failles : http://www.mozilla-europe.org/fr/

SharK   (c) 2005

Document généré en 0.39 seconde

* *
Sitemap